Prendre une «année de repos et de détente» avec Ottessa Moshfegh

Par

Ottessa Moshfegh est une écrivaine à la réputation sulfureuse aux États-Unis et son nouveau roman, Mon année de repos et de détente, n’est pas près d’arranger son cas. Tant mieux pour nous, car ce drôle de récit aux allures punk est aussi un très beau livre de deuil, qui bute sur le 11-Septembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ne pas se fier à la jeune fille qui pose en robe empire sur la couverture – ou, mieux, la regarder attentivement : ses yeux battus, son air excessivement alangui, sa posture molle. Si Mon année de repos et de détente relève de la chick lit, de la littérature pour fille, alors c’est pour jeune fille sale.