Roberto Saviano, «Piranhas»: poissons de la mafia, poison du roman

Par

Le nouveau livre de l’auteur italien Roberto Saviano est son premier roman : il raconte comment un groupe d’enfants, un baby-gang, est parvenu à prendre le pouvoir au sein de la mafia napolitaine. Mais le choix de passer par la fiction dessert son propos.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Roberto Saviano n’a jamais raconté que des histoires violentes : depuis Gomorra (2006), récit saisissant sur l’emprise de la Camorra, qui lui a valu de très sérieuses menaces de mort, il est placé sous protection policière. Sa vie même est devenue la preuve ultime de ce qu’il dénonce : le pouvoir de la mafia, la puissance de l’économie de la drogue, l’intrication du banditisme et du politique. Ses récentes prises de position sur la politique de Salvini lui valent à présent les menaces directes d’un ministre d’État, qui s’apprête à le traduire en justice (voir ici et l’entretien qu’il a accordé à Mediapart).