Le 11 Novembre 2018, ou les funérailles du multilatéralisme

Par

La télévision est un boomerang. Les imprévus, les images et les discours, que les récepteurs interprètent à rebours des intentions de l’émetteur, aboutissent à l’opposé de ce qui fut programmé. Ce 11 Novembre y a moins que jamais échappé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et la Femen fut ! Sur les Champs-Élysées, à demi-nue, désarmée, éphémère, fugitive, vulnérable, la voici arrêtée, malmenée, molestée, violentée. Elle dévoile, en quelques secondes, que la « brutalisation » qui s’était déchaînée en 1914-1918 peut, à chaque instant, resurgir. « Fake », est-il inscrit sur son corps (« Fake Peace Maker »). Et cette dénonciation de l’imposture, de la contrefaçon, fait mouche : la Femen impromptue nous ouvre les yeux sur la propagande effrénée que nous subissons en direct.