Climat: l’urgence de déranger les récits

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cinq ans après, que reste-t-il de l’Accord de Paris sur le climat ? Une promesse, celle d’un engagement, et un symbole : l’acte solennel de la signature par 195 États du premier traité de l’histoire affichant l’ambition d’arrêter le dérèglement du climat. En établissant l’objectif de contenir le réchauffement « bien en dessous de 2 ° » et de poursuivre les efforts pour le réduire à + 1,5 °, l’Accord de Paris a consacré dans son texte l’idéal du dépassement des intérêts nationaux particuliers et de court terme. Ces deux chiffres de température, désormais répétés ad nauseam, peuvent sembler galvaudés aux oreilles du public. En réalité, ils impliquent des baisses très importantes d’émissions, et donc des changements fondamentaux dans nos systèmes de mobilité, d’habitat, de commerce. En ce sens, l’Accord de Paris fut l’esquisse d’une reconnaissance des communs, entendus dans leur sens le plus politique, comme l’ensemble des activités collectives de celles et ceux qui s’opposent à l’appropriation privée de biens essentiels et irréductibles : l’eau, l’air, les forêts, les mers…