Ben Lerner, écrivain “en exil”

Quels liens entretiennent la littérature et la politique, le réel et le virtuel ? C’est autour de ces questions que Ben Lerner structure son premier roman, Au départ d’Atocha, et sa représentation du malaise contemporain. Rencontre avec l’écrivain américain et extrait du roman en fin d’article.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Au départ d’Atocha est le premier roman d’un écrivain américain, Ben Lerner, jusqu’ici connu pour ses recueils de poèmes (The Lichtenberg Figures, Angle of Yaw, Mean Free Path). Il avoue avoir été le premier surpris du tournant narratif de son œuvre. Mais le roman est ce genre capable d’assimiler tous les autres, en témoignent les poèmes et photographies qui s’insèrent dans sa prose, il est ce cadre formel susceptible de dire une manière fragmentaire d'être au monde, entre jeu construit et piège de la fiction, liberté et aliénation.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié