Comment on (s’)en sort

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Impressionnant ce lien, d'autant qu'on entend bien dire ci et là que le Medef a entrepris une belle action de lobbying visant à prendre des libertés avec le confinement et remettre sans délai la France au travail, fusse au prix de quelques milliers de morts supplémentaires. Le Medef n'est d'ailleurs pas le seul, son équivalent espagnol n'est pas en reste, et a obtenu une reprise de l'activité à partir du 14 avril. En conclusion, leurs profits valent mieux que nos vies.

Dans ce contexte là, on imagine facilement, une fois passés les premiers moments de sidération, quelles seront les réponses du capital.

CQFD  : le lien entre la fin du confinement (ou son assouplissement) et la reprise de l'épidémie est fort probable dans par la situation française, où l'on ne teste pas ou très peu, non ?

  • « seule une crise (réelle ou perçue) produit de véritables changements. Lorsque cette crise survient, les mesures prises dépendent des idées qui trainent dans l’air» Milton Friedman

    « mais les idées de qui? Des idées de justice , censées assurer la santé et la sécurité du plus grand nombre? Ou bien les idées de prédateurs pensées pour enrichir ceux qui sont déjà incroyablement riches tout en laissant les plus vulnérables encore plus exposés?" ..." Nous connaissons le script. En 2008, au dernier effondrement financier global , le même genre de mauvaises idées consistant à renflouer - sans aucune condition- l’ont emporté. Et les gens normaux partout dans le monde en ont payé le prix. C’était très prévisible! "
    .....
    "Mais mes recherches m’ont enseigné que les chocs et les crises ne conduisent pas toujours à la « stratégie du choc" . Il est même possible qu’une crise soit le catalyseur d’un sursaut progressiste» ex : New Deal

     Naomie Klein vidéo

 

 

 

Journal La Marseillaise - 11 avril, 18:35  - [COVID-19] L'ordre des avocats de Marseille traîne des membres du gouvernement en justice.

avocatsmarseille

https://bit.ly/2yNkxCY

  • Nouveau
  • 12/04/2020 13:40
  • Par

Il n'y aura pas d'allégresse du déconfinement, car les mesures de protection dureront des mois, des années. Seule la mise à l'abri libérera la population,  cad un traitement ou une prévention radicaux, comme un vaccin.

On peut néanmoins prévoir un renforcement des propositions alternatives à la politique actuelle.
Seront-elles assez cohérentes et coordonnées pour se faire entendre face aux rouleaux compresseurs de la com° du gvt et de l'UE ?

En lisant les commentaires, provenant de lecteurs de Mediapart, majoritairement marxistes ou proches de cette idéologie, la coordination déjà dans set groupe serait asses difficile, après vous avez, les nationalistes, les sans idéologie, le reste du peuple, cohérence et coordination, seront difficile a trouver, comme disait Staline feston la victoire. 

« Le fascisme, c'est la lutte armée contre les marxistes. » (profession de foi du gangster Spaggiari devant un Bernard Pivot médusé)

Une présentation de travaux tout à fait passionnants. Des approches, semble-t-il, d'"histoire globale" de la guerre issues des "studies" post-modernes. Une histoire considérée "de tous les points de vue", sans en privilégier aucun, inclusive de tous les faits et leurs mesures. Une histoire "sérielle" aussi, qui supervise de longues durées, en tentant d'y repérer des continuités, des répétitions, aussi bien que les "coupures" et "solution de continuité". 

Arrêtez avec ces litanies sur la guerre ! La guerre n'a rien à voir avec la situation actuelle. Quel slogan pourrait, aujourd'hui, tenir lieu du fameux : "La paix tout de suite !" qui facilita (il était en effet imparable) la prise du pouvoir par les bolcheviks, baptisée autrement par certains ?

Dire plutôt que ça ne passera pas par notre monarque buté est une certitude.

Lénine et Staline l'ont fait, pour quelle raison les français ne trouverons pas un Staline que gagne la guerre au C19 et occupe la moitié, cette fois occidental de l'Europe.

T'inquiète Basilio ! Le sauveur de la France a pour nom Marine Le Pen, nouveau chef des armées du maréchal Macron, qui, en entrant ce matin dans ses fonctions, a déclaré solennellement que la prolongation du confinement administratif des Français (tous cocos) jusqu'à septembre est "une bonne idée"... Super, non ?

https://www.youtube.com/watch?v=ITWqfyYDV7s

Mi dispiace.

Merci pour le conseil, je doit ramasser mes pétâtes et trouver un autre pays pour m'exiler, a 73 ans c'est complique, mais ce ne serait que la troisième fois.

Ce que je retiens de cette pandémie, c'est le choix fait par nos gouvernants de la vie contre l'économie. Meme Le 1% de létalité du virus( dont 70% parmi les populations sorties de la vie active) en comptant seulement sur les gestes barrières et celle d'auto immuniser un seuil de 60% de la population en le laissant filer n'a pas été retenu. N'est-ce pas nouveau dans l'histoire?

Nombre de commentateurs économiques semblent pourtant craindre la suite, suite dans laquelle s'intègrera assez bien une "reprise en main" capitaliste pur jus (cf. à titre d'avertissement les propos surréalistes du medef cité plus haut) : entre autres nombreux exemples,

https://www.youtube.com/watch?v=nqtTXTYU8oY

Courage à tout le monde, c'est pas fini...

  • Nouveau
  • 12/04/2020 15:24
  • Par

"Pour Bruno Cabanes […] "nos sociétés occidentales ne savent plus ce que sont une épidémie ou la mort de plusieurs milliers de personnes par semaine.""

L'ont-elles su à un quelconque moment? Nos sociétés se rappellent elles que la dernière épidémie de ce type (H3N2, des morts par millions dans le monde, là où nous n'en sommes qu'à cent mille pour le moment) date d'à peine 50 ans? Non, car alors elles s'en foutaient. C'est la bonne nouvelle, c'est que ce qui a le potentiel d'être une hécatombe n'est plus tolérable aujourd'hui, ce que les pouvoirs, qui n'avaient rien prévu pour contrer ce type de pandémie, découvrent à leur grande surprise…

Les guerres du Capitalisme, n'opposent les peuples en eux, que dans la mesure ou ils sont assez serviles pour les faire.
Elles opposent avant tout, les Etats contre leurs propres peuples.
La privatisation des états et l'interconnexion des économies, fait qu'aujourd'hui, les Etats peuvent se passer d'ennemis, pour déclarer une guerre à leur population.
La guerre sanitaire est le prélude a une guerre économique et sociale.

Oui c'est pour ça que c'est préférable un régime communiste, le Etats c'est le peuple celons Staline, dans ce cas il ne peux pas se faire la guerre, 

Je partage.

  • Nouveau
  • 12/04/2020 16:37
  • Par
Dans quelle mesure ce confinement commencé depuis mi mars est (ou n'est pas) un lendemain de guerre opposant l'ultralibéralisme â la dignité humaine ?
Initialement les masques Décathlon servaient au sornekling ... Depuis le Covid 19 la palette d'usage s'est (vertueusement) développée. Libre à nous de goûter cette parenthèse et d'en faire tout autre chose que sa fonction première (dont je n'ignorais rien). A vous d'inventer la vie qui va avec ...

Crise actuelle et monde à venir : pour étudiants de Science Po © aurelien barrau

Dans l'hebdomadaire "Marianne", il y a un article  étonnant, il paraît qu'en Seine-et-Marne, le préfet réquisitionne des chasseurs pour faire respecter le confinement! Feck-news ou réalité? Là, si c'est vrai, les chasseurs seraient immunisés d'office par l'opération sainte du préfet, sans doute un émule du préfet lallemand le terrible du haut de son mètre soixante, en France, nos "élites" sont vraiment des branques, bientôt la loi martiale avec ouverture de feu sans sommations, au secours, macron -la -lavette est devenu fou, il se prend pour le caporal Hitler!

Le retour de la Milice en effet.

On a beaucoup sous estimé Macron. Le MEDEF et les grands patrons qui l'ont parachuté président, eux, savent que c'est un extrémiste.

Capable de sacrifier la moitié de la population si ca peut bénéficier aux premiers de cordée !

Macron nous fait croire qu'il va tout changer... pour que rien ne change, c'est bien connu.

La seule solution pour changer vraiment d'orientation c'est d'obtenir qu'ils dégagent. D'où aussi leur envie de faire durer le confinement (même si il a intérêt médical évident) car pendant ce temps ils gagnent du temps pour sauver leur peau.

A mon avis le changement ne se fera pas dans la douceur.

C'est là que la guerre va commencer.

Entre le peuple qui veut une orientation sociale, écologique, de partage, et le capital qui fera tout, et qui est prêt à tout pour cela, pour sauver ses possibilités de profits.

  • Nouveau
  • 12/04/2020 18:06
  • Par

À l'attention de monsieur Confavreux : "Alors que les après-guerres du XXe siècle manifestaient un espoir de renouveau des relations internationales, illustré par la création de la Société des Nations, de l’Organisation des États-Unis ou de la Communauté économique européenne".
Ici ne s'agit-il pas de L'Organisation des États américains (OEA) plutôt que "l'Organisation des États-Unis" ?

Cordialement,

Plutôt Organisation des Nations Unis

Bonsoir,  et dans les sorties de "guerre", pas un mot sur les révolutions ou révoltes ou grèves ou mises au pas:

 

1871(France)? 1917 (Russie) ? 1918 (redscare) 1919-1922 (Allemagne) ? 1936-1939 : franquisme ...1962 (Algérie ...autogestion puis dictature ), les famines (Russie) ...les périodes de rationnement, les grèves (1947 ...)

rationnement post 1945 ...

 

 

je vous laisse compléter ...

  • Nouveau
  • 12/04/2020 19:13
  • Par

 Une pandémie n'est pas une guerre et même si on veut faire un parallèle  , il y a des différences notables. La population en cas de guerre peut avoir une idée assez précise de l'ennemi à combattre, dans le cas actuel c'est nettement plus difficile. On sait mesurer les niveaux d'armement des belligérants, le notre  est inexistant au point que la situation actuelle provoque et va provoquer une grande méfiance vis à vis de nos gouvernants, ce qui rendra plus difficiles les solutions . Le scandale de la pénurie ne pourra être escamoté au nom d'une soi-disant union nationale dont on a pas vu le moindre début. La méfiance , la colère face  au constat va peser lourd dans l'après de même que la ségrégation pendant et peut -être après des personnes d'un certain age fracturant un peu plus la société en en faisant des citoyens de seconde zone.  Il y a eu des phrases qui ne seront pas oubliées. Plus de fraternité et plus de solidarité  restent bien de demeurer des vœux pieux chez nos gouvernants adeptes d'un ultra libéralisme pour qui ces mots n'ont aucun sens si ce n'est d'être synonymes  de dépenses publiques  qu'ils souhaitent les plus faibles possibles. Le personnel actuel sera incapable d'aller vers ces deux termes.  L’Europe s'est avérée impuissante et le chacun pour soi a prit le dessus. La France est dans l'incapacité de s'approvisionner  de ce qu'elle a besoin d'urgent. Si on fait un parallèle avec la guerre, c'est une Bérézina. ce ne sont pas avec des vaincus qu'on  construit le futur

  • Nouveau
  • 12/04/2020 19:26
  • Par

https://covid-entraide.fr/signe-la-petition-pour-lentraide/

Cette épidémie ravageuse n’est pas une simple réalité biologique. Elle est amplifiée par les politiques néolibérales, la destruction méthodique de l’hôpital et de l’ensemble des services publics. Si ce virus tue autant, c’est aussi parce qu’il n’y a plus assez de soignant.e.s et de lits, pas assez de respirateurs ou parce que l’hôpital tend à devenir une entreprise à flux tendu. Et si nous applaudissons chaque soir à 20h les soignant.e.s, c’est aussi pour contenir notre colère contre les gouvernants qui savaient que la tempête arrivait depuis deux mois sans rien faire.

Nous appelons donc à renforcer la solidarité et l’auto-organisation pour faire face à la pandémie et la crise systémique, partout où c’est possible, sous toutes les formes imaginables, tout en respectant la nécessité absolue du confinement pour freiner la propagation. Plus particulièrement, nous appelons à rejoindre le réseau de solidarité auto-organisé #COVID-ENTRAIDE FRANCE (https://covid-entraide.fr/) qui se constitue dans des dizaines de lieux depuis une dizaine de jours. Nous invitons à créer des groupes d’entraides locaux en ligne et sur le terrain, de notre hameau à notre village, de notre immeuble à notre ville. Nous appelons à recenser les centaines d’initiatives qui se créent à travers une cartographie collaborative (https://covidentraide.gogocarto.fr).

Ne restons pas sidéré.e.s face à cette situation qui nous bouleverse, nous enrage et nous fait trembler. Lorsque la pandémie sera finie, d’autres crises viendront. Entre temps, il y aura des responsables à aller chercher, des comptes à rendre, des plaies à réparer et un monde à construire. À nous de faire en sorte que l’onde de choc mondiale du Covid-19 soit la « crise » de trop et marque un coup d’arrêt au régime actuel d’exploitation et de destruction des conditions d’existence sur Terre. Il n’y aura pas de « sortie de crise » sans un bouleversement majeur de l’organisation sociale et économique actuelle.

Il y aura un avant et un après. Nous sommes pour l’instant confiné-e-s, mais nous nous organisons. Et, pour sûr, nous reprendrons les rues, les jardins, les outils de travail, les moyens de communication et les assemblées, ensemble.

La stratégie du choc doit s’inverser. Cette fois-ci le choc ne servira pas à affermir le contrôle, le pouvoir central, les inégalités et le néolibéralisme, mais à renforcer l’entraide et l’auto-organisation. À les inscrire dans le marbre.

covid-entraide-france

Voilà qui est bien, c'est mobilisateur ! Merci pour les liens.

Oui soulignons aussi les tendances lourdes de la rhétorique ces denières années...

Il y a eu jadis la guerre de rois contre rois, d'états contre états, c'est l'arrière plan historique. des guerres qui se réglaient par quelques massacres de pauvres, quelques échanges de territoires et quelques...

Il y a eu l'affrontement des idéologies au début du XXème sièecle où il a fallu aller plus loin et écraser l'ennemi qui heureusement était toujours identifié (le Nazi, le communiste etc). "ON3 a gagné, "ils" ont perdu. Ouf...

Il y a eu l'affrontement colonial qui devenait soudain moins facile à dire avec les "évènements" d'Algérie en exemple. L'ennemi devenait plus flou dans les banlieues parisiennes, on a préfré botter en touche et opter pour le Néo-colonialisme plus confortable moralement et financièrement.

Il y a eu la "guerre contre le terrorisme" et là soudain l'ennemi est devenu indéfinissable, masqué, parmi nous, il a pris le visage de "l'Autre", du musulman, de l'étranger parmi nous, et pour la première fois il n'y a plus de fin dans la guerre, le voisin, le type en bas de la rue... De celle-là on n'a pas su sortir.

Et voilà la guerre contre l'ennemi invisible, celle dans laquelle n'importe quel voisin est suspect de collaboration involontaire, dans laquelle le plus simple des gestes sociaux est potentiellement un "assassinat". La guerre de tous contre tous. La guerre de soi contre soi...

Quand on fera le bilan, il sera finalement assez léger en terme de pertes humaines, mais mieux encore que la guerre contre le terrorisme il aura assassiné liberté et autonomie individuellle...

Comme les autres!

 

Combien un terroriste contaminé en liberté peut-il contaminer ? Cela se produira nécessairement. Peut-être est-ce déjà le cas dans le terrorisme d'état.

  • Nouveau
  • 12/04/2020 20:06
  • Par

On assiste actuellement à une exploitation purement idéologique et irrationnelle de la pandémie pour faire croire qu'elle est une conséquence directe du capitalisme, ce qui est totalement ridicule, les pandémies n'ayant pas attendu l'apparition de ce dernier pour sévir depuis la peste noire du 14 ième siècle...

Les excès du capitalisme ne pourront être maîtrisés qu'à l'aide de la raison et certainement pas au moyen d'incantations et de professions de foi altermondialistes . 

Le capitalisme et la prédation ont commencé il y a bien longtemps accompagné de la mise à mal de la planète et de ses richesses, de sa diversité; ça s'est accentué au fil des siècles.

A la suite de Werner Sombart, et se coulant dans le schéma de pensée de Max Weber, la culture contemporaine adopte sans réfléchir des idées fausses touchant l’économie, la finance et les techniques du Moyen Âge (...) Fernand Braudel* avait déjà discrédité cette lecture de l’histoire, rappelant ce que toutes les recherches historiques ont mis au jour : dans la logique de l’accumulation du capital, les pratiques et les techniques financières naissent au Moyen Âge. Les interdits maintes fois rappelés par les conciles et les papes touchant l’usure témoignent simplement que la pratique s’en répandait. Jacques Heers rassemble un monceau de documents reflétant les pratiques au jour le jour de ces changeurs génois, florentins, vénitiens, qui, tout en restant dans le cercle de famille, établissent des comptoirs dans les grandes villes d’Espagne, de Flandre, de Champagne ou à Londres. L’auteur déploie aux yeux du lecteur les techniques à l’état naissant qui répondent aux besoins du trafic, la manière de profiter d’un change décalé dans le temps (jamais plus d’une année), d’éviter les trop gros transferts de métal précieux en inventant la monnaie de compte et la monnaie de papier. L’intérêt de l’ouvrage est aussi de mettre au jour les jeux de pouvoir entre familles et grands de ce monde. Dans cet ouvrage, aucune fresque grandiose de l’Histoire en marche, mais une brique concrète ajoutée à l’édifice de la connaissance commune.

PERRI_HEERS_2014_01_L204.jpg

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Bon, l'Histoire c'est très bien très beau (et merci à J. Confavreux et alli pour la série d'articles) mais parlons du futur maintenant : comment le voit l'illustre, le trop subtil, le très intelligent legendre de Larem ? Je viens de découvrir ça, si c'est pas une façon d'essayer de sauver sa peau ça y ressemble !! yell

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/gilles-le-gendre-pr%c3%a9sident-du-groupe-lrem-%c3%a0-lassembl%c3%a9e-la-r%c3%a9forme-des-retraites-pourrait-%c3%aatre-mise-de-c%c3%b4t%c3%a9/ar-BB12v5jI?li=BBkGbOY&ocid=wispr

 

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée : La réforme des retraites pourrait "être mise de côté" -   Sarah Paillou - Il y a 15 heures

INTERVIEW - Loi sur la dépendance, énergies renouvelables… Gilles Le Gendre dessine sa vision de l’après-crise. Pour le numéro un des députés de la majorité, la réforme des retraites pourrait être "mise de côté " après la crise.

Gilles Le Gendre veut réfléchir à l'après. Le président du groupe parlementaire La République en marche à l'Assemblée nationale donne, dans un entretien au Journal du dimanche, ses pistes pour réussir la sortie de crise post-Covid-19. Ce ne sera pas "le Grand Soir", prévient-il, mais souhaite conclure un nouveau pacte républicain, qui reposerait sur trois piliers : le redémarrage de l’économie, de nouvelles solidarités et protections, et la transition écologique. Si elle empêche la réussite de ce pacte républicain, "la réforme des retraites devra être mise de côté", assure-t-il.

Quelles doivent être les priorités de la majorité pour l’après-crise?

Nous ne savons pas quand la crise sanitaire finira, ni dans quel état elle laissera notre économie. Penser l'"après" exige à la fois humilité et audace. Nous devons répondre aux aspirations à une réinvention de nos modèles, français, européens, mondiaux, mais résister aux vieilles lunes, comme l’acte de décès de la mondialisation. L’"après" ne sera pas l'" avant". Mais il ne sera pas le "Grand Soir".

Que proposez-vous?

C’est le Président qui dessinera notre vision de l’"après". Celle-ci pourrait s’inscrire dans un nouveau "pacte républicain".

Quelle forme prendrait ce pacte républicain?

Il reposerait sur trois piliers : le redémarrage de l’économie, de nouvelles solidarités et protections, et la transition écologique. L’urgence, ce sera la réparation, mais elle s’accompagnera d’une refondation radicale : nous devrons revoir nos équilibres politiques pour rassembler les Français ; et aussi changer notre manière d’associer ces derniers à l’action publique. Cet acte III du quinquennat pourra s’inspirer du grand débat national. Mais nous devrons être plus ambitieux que dans l’acte II, moins contraints, et notre action revêtir plus de sens aux yeux de nos concitoyens. Par exemple pour renforcer notre souveraineté, en France et en Europe. Entre deux réformes utiles, il faudra toujours choisir celle qui rassemble les Français"

Comment construire ce pacte?

En cherchant le consensus le plus large avec les forces politiques, les élus locaux, les syndicats, les associations et les citoyens. À l’Assemblée nationale, notre majorité devra faire prévaloir le compromis plutôt que l’affrontement. La réinitialisation des relations avec les partenaires sociaux s’imposait avant, c’est encore plus vrai après. La réforme des retraites a montré à quel point notre démocratie sociale est épuisée.

Doit-elle être abandonnée?

(etc etc)

 

C'EST PAS DU FOUTAGE DE GUEULE ?

 

On est reparti pour un tour, sauf si aux prochaines élections nous changeons les équipes et modifions les institutions vers plus de démocratie directe. La Suisse est un pays très méconnu des Français avec des tas de choses à redire, mais ils ont les meilleures institutions démocratiques. C'est un pays ouvert au monde mais qui défend le local et qui a de vrais services publics. Et des budgets positifs. Nous avons beaucoup à apprendre d'eux...

Oui mais pour être un paradis fiscal et vivre de ça il faut être an petit pays, la Suisse, Singapour, a la limite Hollande, mais un pays plus peuple ne peux pas vivre de riches exiles, ou sociétés internationales domicilies pour échapper aux impôt

  • Nouveau
  • 13/04/2020 01:55
  • Par
Je m'endors chaque soir en pensant à mes enfants et à ce monde que nous leur laisserions. Il n'y a pas de guerre, uniquement des oligarques et des assassins qui veulent faire durer un confinement qui tue, par peur de la révolution. Honte a l'argent et aux traîtres de la nation. Ils devront être jugés pour crimes contre les aînés, pour crimes contre l'humanité.

macron parle, macron se démène sur tous les fronts, macron essaye de se rassurer comme il peut, macron rassemble ses états major, ...

Pour faire court, macron est en guerre quand nous savons tous aujourd'hui qu'il faut surtout pas s'y fier.

  • Nouveau
  • 13/04/2020 11:32
  • Par

La capitale des Pays-Bas a annoncé le 8 avril un plan de relance inspiré de la théorie de l’économiste britannique Kate Raworth : mettre la priorité sur les besoins élémentaires des citoyens, comme l’accès à l’eau, à l’éducation et à la santé, tout en respectant les besoins de la planète.........

https://www.courrierinternational.com/article/relance-pour-sauver-son-economie-la-ville-damsterdam-mise-sur-la-theorie-du-donut?fbclid=IwAR0KzVms0M4pkTNGt6KRKRSwrD--RsOuAH4aHoXS2twJ3MSQyUaW9IqzlyQ

  • Nouveau
  • 13/04/2020 12:54
  • Par

Il n'est pas interdit d'essayer d'y croire encore, encore et encore, mais celà devenu de plus en plus ardu au fil du temps. L'argent, le pouvoir, l'envie de posséder toujours plus, ont altérés nos quelques neurones survivants. Il faudra bien plus que cette crise sanitaire pour nous faire sortir de notre confortable léthargie occidentale... Pour nombre d'entre-nous, il tarde même que tout redevienne comme "avant". Il en est même qui se préparent à se plonger encore plus dans ce si reposant déni de réalité. Notre capacité à évacuer hors de notre champ de compréhension tout ce qui nous dérange, est à la limite de la monstruosité...

Nous sommes comme des drogués en attente de notre dose quotidienne de "plus". Et quelque soit ce "plus", nous en voulons tout de même plus... J'en veux pour preuve un certain Geoffroy Roux de Bézieux qui n'a même pas la décence de se faire oublier. Ces gens savent-ils qu'ils sont des caricatures ? Il n'y aura d'éventuelles solutions qu'en cas de véritable effondrement écologique. Ce qui devient chaque jour une probabilité de moins en moins lointaine...

Que représentent les poings levés (avant tout virtuels !) des 169 829 "médiapartiens" (mars 2020), face au reste d'une population qui soupire en secret sur son train-train quotidien perturbé par un vilain virus !

Je n'attend rien de la "parole présidentielle", elle n'a rien à nous dire. Elle fera du bruit avec sa bouche rien que pour sortir les éléments de langage habituels bien trop convenus déjà entendus des milliards de fois. Les mêmes qui se prononcent ici et là sur toute la planète et dans toutes les langues...

Une question me reste toutefois en suspens : un mécréant assumé est-il censé croire aux miracles ?

Les 169 829 mediapartiens de mars 2020, sauf de rares exceptions ce sont des intellectuels que jamais ont été confrontes au travail physiques, en général des bureaucrates emploies de l’état, sans trop connaitre les fin de mois difficiles des travailleurs journalier. 

Ce sont eux que vont avoir le pouvoir et les privilèges quand se monde nouveaux se mette en place, c'est a eux que inconvé de nous convaincre que ont a quelque chose a gagner, ont a entendu les marxistes dans la décade des 60 avec la URSS, ou la Chine Maoïste, ça fait réfléchir quand la même idéologie nus propose des paradis, organises, étatises, et planifies, espérons que les frontières seront mois bien gardes que dans les paradis perdus, URSS, Chine, Cambodge et tous les nations de l'est de la Europe. 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous