Patrice Chéreau, premières scènes

Par Dominique Goy-Blanquet (En attendant nadeau)

La vie professionnelle de Patrice Chéreau, cinquante années exactement, nous est annoncée en six volumes, le premier consacré à ses débuts, du lycée Louis-le-Grand à Sartrouville où il prend la direction d’un théâtre, le deuxième pour cet automne. On se contentera donc ici d’une brève entrée en matière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’apprenti, bientôt 19 ans au début du tome I, archive déjà les dossiers de ses mises en scène. Malgré le titre adopté par Actes Sud, Journal de travail. Années de jeunesse, ce recueil n’est pas à proprement parler un journal. Chéreau n’en tiendra un que bien plus tard, le temps de son invitation au Louvre. Mais pour l’instant il rédige à la volée ses projets, croquis, commentaires de lecture, instructions de régie, budgets, sur tout ce qui lui tombe sous la main, serviettes en papier, feuilles de brouillon, fiches quadrillées, pages à en-tête du lieu qu’il occupe. Ces écrits rassemblés à l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (Imec) sont complétés ici par quelques emprunts à la correspondance de Jean-Pierre Vincent, son premier associé.