Et Cannes, donc!

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Emmanuel, Je compte sur vous pour nous faire saliver en nous sortant un peu de l'éternel cercle des réalisateurs qu'on nous présente chaque année à Cannes et qui donne l'impression que l'année en cours est le copier-coller de l'année précédente!!
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Rien de nouveau dans le propos de Gilles Jacob sur le lien entre festivals et cinéma indépendant : chaque année il rappelle que Cannes sert, en programmant des "blockbusters", à faire connaitre des "petits" films. C'est vrai que c'est un crève-coeur, quand on est parisien et de passage au festival, de constater que bien que Paris soit une des villes au monde les mieux pourvues en salles, de nombreux films de Cannes ne seront jamais diffusés en France. A noter tout de même quelques initiatives (dont je ne sais si elles sont pérennes) à Paris, juste après le festival. Je pense notamment à la salle qui diffuse l'intégralité des films de la Quinzaine.
Ah !!! Isabelle Huppert mes amis, Isabelle Huppert, soupirs et langueurs.... Plus toute jeune, mais quel regard de braise encore. Bon j'arrête là de crainte de me faire encore scalper. @ +NEO-
  • Nouveau
  • 13/05/2009 13:16
  • Par
Oui, Vertubleu, Isabelle Huppert - mais MONICA, qui "fait l'affiche" - n'est-ce pas pour ça qu'on aime le cinéma ? J'aurais dû dire ' pour ELLES' !
Certes mon cher do, mais Monica c'est l'arme féminine fatale absolue, je n'ose même pas évoquer le sujet tant la température monte dangereusement dès qu'elle qu'elle fait ne serait-ce qu'une très brève apparition. @ +NEO-
  • Nouveau
  • 13/05/2009 15:46
  • Par
"Francis Ford Coppola, un des rares cinéastes à pouvoir encore faire tenir dans un même plan une idée totale du cinéma : son centre et ses marges". Voilà qui énonce clairement ce que l'on conçoit bien ! Voilà aussi un article qui promet de pertinentes réflexions dont nous perdons l'habitude un peu plus chaque jour. J'avais été ébloui, l'année dernière, au visionnage de "Valse avec Bachir" (ce malgré les critiques qui ont pu être faites) ainsi que lors de la présentation faite par le président - sur sa demande, fait exceptionnel ! - d'un film dont il tenait à parler, "La 3ème vague", qui avait rompu avec le ronron glorieux du strass cannois ; j'espère désormais cette année, absent de Cannes, que vous en rapportiez ce dont nul autre ne parlera : quelques films, quelques mots, un espoir, même fragile, pour la pensée et la culture. Bon bain de foule ! Cordialement CS
A Pau nous avons un cinéma, autrefois on aurait dit "de quartier" niché sous une singulière et sacrée architecture abritant deux merveilleuses salles pour la diffusion d'oeuvres d'auteurs français et étrangers (en v.o), de classiques anciens et rares, de films d'actualité (en v.o.) de documentaires. Il organise aussi autour des diverses cultures cinématographiques des mini-festivals, des rencontres. Une programmation spéciale "enfants" y trouve aussi sa place sans oublier les "ciné-goûter"qui l'accompagnent. Je dis bravo à l'équipe qui fait fonctionner tout cet ensemble pour notre grand bonheur.
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale