Norman Ajari: «La pensée décoloniale casse la République en deux»

À l’heure d’une nouvelle manifestation antiraciste en France et alors que des statues sont déboulonnées car « les idoles des uns sont les génocidaires des autres », le philosophe Norman Ajari appelle à sortir « du fétichisme de la République ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Nous utilisons les outils de nos disciplines pour dire avec autorité et de manière argumentée que les institutions de ce pays sont racistes en leur cœur, comme le sont celles des États-Unis. C’est assez nouveau, et c’est pourquoi Macron nous tient pour responsables. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal