JO du livre (4/8): En danseuse, échappées romanesques à bicyclette

Par

On ne compte pas les écrivains amoureux des cycles, de Malaparte déclarant que « la bicyclette, en Italie fait partie du patrimoine artistique national au même titre que la Joconde » à Paul Fournel, en passant par Blondin, Audiard, Cioran, Buzzati (qui suivit le Giro pour le Corriere della Serra) ou Bayon. Parcours d'étape en quelques romans et nouvelles. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme le rappelle Tristan Garcia dans En l’absence de classement final (voir le premier volet de notre série), l'histoire du vélo obéit à des cycles : le cyclisme d’hier avec « la Banesto de la grande époque, autour de Miguel Indurain » qu’a connu Ernesto, manager, 70 ans, et le cyclisme d’aujourd’hui, « ceux de l’Est et des États-Unis qui commençaient à tripatouiller la génétique », alors que, durant l’âge d’or, « Anquetil gagnait avec de l’aspirine » (une affirmation que Paul Fournel contredit dans Anquetil tout seul). Mais Ernesto est prêt à tout pour faire gagner son coureur César Léon et donner du lustre à son équipe de danseuses en retraite. Il fait appel au Dottore, spécialiste en EPO dernière génération, a priori intraçable dans les urines. « Un nouveau cycle va commencer ! » s’écrit Ernesto. Ce sera plutôt une saga tragi-comique : le produit-miracle provoque des coliques – « il n’arrête pas de chier, c’est quoi cette merde ? » Alors César avale des antidiarrhéiques qui… vont révéler l’anabolisant. Une course contre la montre s’engage, qui n’a plus rien de cycliste : transfusion sanguine complète. La valse des petits arrangements avec la ligne rouge se poursuit, travail de sape ironique du prétendu « cyclisme à l’eau claire », via un César qui n’a d’héroïque que son prénom.