Jusqu’au cou, Coubertin, tintamarre…

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

4 commentaires sélectionnés par Mediapart

Tous les commentaires

*****

La religion, l'opium du peuple précédent, semble encore avoir de beaux restes dans bien des contrées du monde!! Donc patience, car il faudra du temps pour que tous les opiums des peuples, religion, sport, nationalismes en tous genres ( du nord-coréen au catalan), ultralibéralisme.... se dissolvent définitivement dans la conscience enfin rationnelle et raisonnable de l'humanité...

En attendant, l'on peut toujours s 'insurger, s'égosiller, s'émouvoir, s'insoumettre, ça ne mange pas de pain et ça soulage...

il y a peut un article evoquait le sport de haut niveau:"le sport c est la guerre",tout est dit et depenser des sommes faramineuses pour des gloires ephemeres entrecoupees de spots publicitaires a la gloire de ces guerriers;avec comme resultat final le grand vaincu,celui qui aura organise cet evenement avec un deficit abissal qu il faudra combler quelque part

Ah, ah j'ai lu le 1er paragraphe et pas de "Peugeot-diesel"? Il y a "crétin" quand même. Je me disais aussi ... Étonnant de constater 16 recommandations !?? Pour quelqu'un qui se pense supérieur et à l'air de mépriser à fond l'humain ordinaire.

J'ai lu ça trop tard, mais répondu quand même.

recommandé

très belle chanson, réaliste.

quand c'est bon, il faut le dire !

Lancetre qui est cool !!! Bravo et en plus j'adore Tachan

  • Nouveau
  • 13/09/2017 20:59
  • Par

Le pessimisme, cette spécialité gauloise...

Chiche, je reprendrai bien un peu de ce pessimisme… Sourires (« sur fond d’inénarrables tristesses ») à la relecture de l’article et des commentaires du « village » ce matin. Une grande bouffée d’air avant de partir au travail.

Merci Antoine Perraud

 

Qu'en penser ? © x Qu'en penser ? © x

Animal enragé...

 "le CIO, cette officine de droit privé qui entend représenter le sport de la planète était déjà sacrément "bien" partie "

En effet. Impression que seuls les modes/types de dopage ont changé.

Il y avait aussi une île nommée W... les plus belles pages de Perec (à mes yeux).

Et puis, la télé et les jeux, une espèce de cauchemar contemporain.

Pourtant "fermé" et indifférent aux olympiades, c'est toujours mieux que les voitures béliers, les carnages et le djihad..

Merci en effet pour cette passionnante mise en perspective, très documentée: ce qu'on attend et aime du vrai journalisme.

Amusant d'apprendre, entre bien d'autres choses, à quel point Mr le baron Ernest-Antoine avait de qui tenir...

L'oligarchie vient (et revient) de loin. Après avoir vécu un cauchemar avec le CNR, craignant un instant la fin de son monde, la voici qui touche à son but: retour vers le 19eme siècle...

A-t-on le droit de ne rien foutre aux jeux olympiques? De concourir pour la médaille de fainéantise? Il semblerait que d'emblée les Français y soient massivement préparés!

"A-t-on le droit de n'avoir rien à foutre des jeux olympiques ?"

Bien sûr. Rien ne vous oblige à lire les articles les concernant. La plupart des commentateurs semblent en avoir "peu à cirer". Avouez tout de même que l'angle choisi et le sérieux de l'enquête  nous changent des auto-congratulations répétées ?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

idem, merci Antoine Perraud!

Heureusement que nous avons Antoine Perraud pour nous rappeler tout cela.

Heureusement aussi que les sportifs qui concourent n'en sachent rien.

Les jeux olympiques ? Je n'en garde qu'une chose, la fête du sport. Et tant pis pour les grincheux qui ne veulent en retenir que le pire : les combines, la corruption, les arrangements et autres prétextes à toutes les dérives.

Je n'aime pas que l'on décourage les envies de la jeunesse et que l'on ferme la porte à toutes les illusions. Il y a sans doute d'autres moyens de lutter contre les vilenies qui accompagnent la marchandisation financière des activités humaines.

Je lirai sans haine les opinions contraires.

...Course à pied, pied à terre-Terre de Feu-feu follet-lait de vache, vache de ferme-ferme ta g., etc...

Ah!, les grands classiques...

Dérive (hautement subversive) possible :

... marchandise-disette-z'États-Unis-niqués...

Bonne journée.

...marchandise-disette-État dans l'État-t'as encore rien vu !

Bonne journée itou.

Quels enfants! laughing

Quels enfants! laughing

Ben oui !

Pour ne pas retomber en enfance, ne la quittons pas !

wink

Mais oui je suis d'accord! smile il faut savoir garder l'enfant qui est en nous...

(C'était une sorte de petite provocation...

 cool)

"Provocation" bien sympathique !

laughing

Comme vous avez raison! 

Albert Jacquard était un homme de bien et même s'il est parti il est encore là.

Vous avez dit en plus si bien les choses, en peu de mots, votre commentaire me touche beaucoup.

JLM JLM

Certes

 

Mais qu'est-ce qui lui a pris de faire voter Melonchon ?

Waouh votre commentaire, comment dire ?... ça dégage! 

Merci.

(Antoine P. ne doit plus se sentir dans ses petits souliers wink)

Un référendum contre les j.o en France!çà serait pas mal.

Ouais. Je n'ai pas la confirmation mais si ce que vous dites est vrai je ne suis pas surprise.

Hallucinant leur aveuglement!

Est une insulte à ceux qu'ils appellent "le peuple" tout simplement!

J'ai alerté radio france info à ce sujet, le "médiateur" a accusé réception de mon message disant qu'il essaierait de faire tout ce qui est en son pouvoir pour en tenir compte. J'attends... 

Parmi le peuple, il y a des gens très intelligents.

 

"Panem et circenses", du pain et des jeux...

Faudrait quand même peut-être actualiser le slogan car du pain beaucoup en ont plus qu'il n'en faut alors que d'autres... 

Des jeux ça oui, y'en a en pagaille!

mais y'a pire de nos jours, je vous laisse deviner, je suis sûre que vous trouverez.

Faut que je précise aussi, que les renards sont fascinés par l'odeur et le goût du saucisson. Ils sont capables, eux par habitude acquise si méfiants, sont capables de toutes les extravagances pour du saucisson !

Il fut un temps où ils préféraient le fromage... Répercussions des Lumières sans aucun doute ;-)

C'est trop mignon vos commentaires! smile

Le sport, cette manière détournée de pratiquer la chasse à "l'homme" ... Sportsman ne désignait-il pas, à l'origine des temps modernes, le chasseur ( à courre, avec ses chiens chassant) ?

  • Nouveau
  • 14/09/2017 10:16
  • Par

Excellent.

 

Cette célèbre phrase attribuée à Coubertin, il l'a piqué a un évêque anglican

  • Nouveau
  • 14/09/2017 11:01
  • Par

Merci pour cet article. Merci.

sable-et-pelle

Un bon article, bien documenté, comme souvent chez Mediapart.

Ceci dit, je ne suis pas d'accord avec l'orientation donnée, même si Coubertin (comme Baden-Powell) représente pour moi une vision ancienne et réactionnaire d'un principe très sain : se rencontrer, au dela des frontières, sur une passion commune.

Après, je regrette plus le dopage ou les tractations financières des organismes publicitaires que l'épanouissement des sportifs eux-mêmes.

Pour finir "plus vite, plus haut, plus fort" ne s'accole pas à "que les autres", ou alors c'est qu'on a déjà une vision biaisée de soi-même.

Enfin, c'est mon avis...

oui, une "vision ancienne", il y a toujours des racistes, mais quand je regarde les stades d'athlétisme  j'ai pas la sensation d'être en afrique du sud dans les années 80.

  • Nouveau
  • 14/09/2017 11:48
  • Par

Son affection pour le nazisme l'a discrédité à jamais mais on continue pour de troubles raisons à l'évoquer, une honte!

C'est mon opinion et je la partage.

La délégation française, en 1936 à Berlin, fit le salut olympique – interprété comme le salut hitlérien par le public surchauffé. Nuance, rappelée par l'excellent documentaire de Jérôme Prieur diffusé (en catimini) pendant l'été 2016 et chroniqué par votre serviteur :

https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230816/1936-les-anneaux-et-le-svastika

Qui peut vraiment croire à cette connerie ?
On sait bien que le cerveau n'est pas un organe olympique, mais quand même ...
La vérité c'est que la "gauche" française, PC compris, a autorisé la participation aux JO de Berlin, refusé ceux de Barcelone, ordonné aux athlètes qui avaient fait le choix de Barcelone de revenir, et leur a même fait payer leur billet de retour sur la bateau.

Vous avez le droit de vous accrocher à votre vision simpliste, parcellaire et anachronique.

1397637354-967278145

 

Pour la nourrir, voici l'affiche de Jean Droit (le papa de Michel) pour les JO de Paris en 1924.

Jean Droit, à vos yeux perçants, avait sans doute représenté là le salut nazi.

Et vous qualifierez forcément de « connerie », avec toute votre grâce d'écriture et de pensée, la moindre assertion qu'il eût pu davantage s'agir ici du salut olympique...

Eux aussi faisaient le "salut olympique" ?

ta-media-jacking-1968

Ce salut est celui des fascistes en 1920, cette affiche est d'ailleurs tout à fait dans le "style" fasciste, il est celui des "olympiens" et sera celui des nazis.

Après vous avoir remercié chaleureusement, cher M. Perraud, pour la qualité de votre article qui fait œuvre de salubrité publique et nous fournit de nombreuses références, je nuancerai votre réponse sur les liens entre salut olympique et salut nazi. 

Vous avez certes raison de recadrer le lecteur mal informé qui confond le salut olympique (ici repris sur une affiche de 1924) et le salut nazi des années 30-40. Mais ne croyez-vous pas qu'en 1936, à Berlin, la délégation française qui a fait le salut olympique ne jouait pas cyniquement sur la confusion logique du public hitlérien ?

En 1924, le salut olympique n'avait rien à voir avec un salut nazi. En 1936, en revanche, le geste de la délégation française était à l'évidence un signe subliminal de complicité avec le IIIe Reich !

Ca n'est pas à toi que je répondais, mais à A. Perraud.
Ca concernait son affiche, et pas la photo de Mexico.
Au passage les JO de Mexico, c'est surtout le massacre de la place des trois cultures.

Personne ne pouvait ignorer ce que signifiait ce salut en 1923, et surtout pas les "sportifs".

En 1924, le salut "olympique" proposé par le fasciste Coubertin, reprenait le salut fasciste de 1920 de Mussolini.
Il n'y a aucun espèce de doute possible, sur la signification de cet "emprunt", ni sur celle de l'hommage rendu à Hitler.

Les "esprits" considérables osent toutes les interprétations, c'est à cela qu'on les reconnaît. Vous persévérez dans votre "analyse" biaisée, anachronique et plaquant à outrance vos "idées" arrêtées.

En 1920, le salut olympique adopté par Pierre de Coubertin (devenu « salut de Joinville » effectué par la délégation française en 1936 à Berlin) se réfère à l'idéal antique et non à Benito Mussolini, alors petit agitateur isolé, ignoré, peinant à constituer ses faisceaux (à peine une centaine dans la péninsule).

Vous foncez tête baissée, manquant de sagacité, de finesse et de sensibilité historiques. Ce n'est pas très grave, mais peut-être devriez-vous cesser de vous prendre pour le roi du Maroc...

les JO de Mexico, c'est surtout le massacre de la place des trois cultures

Les deux événements (le massacre des étudiants et la révolte des sportifs noirs) sont étrangement liés dans mon esprit. C'était juste une façon d'ironiser : visiblement l'ironie vous est étrangère...

Par ailleurs, il en est du "salut latin" comme il en est de la staviska : ce sont des symboles préexistants que les fascismes ont repris à leur sauce.

Je ne crois pas que les révolutionnaires de 1789 étaient fascistes, mais david montre bien nos députés révolutionnaires pratiquer le "salut romain"

de même je doute qu'astérix et obélix soient des fascistes

Résultat de recherche d'images pour "athlete salut romain"

Bref, il ne suffit pas de tirer le bras pour etre un faaaasciste. D'autant qu'au début du XX siécle, les réactionnaires étaient encore nombreux a admirer et à avoir comme référence la civilisation romaine (et y compris ses pires aspects)

Pierre de Coubertin était un réactionnaire de la pire espéce, raciste, misogyne et colonialiste. Il avait eu il me semble des mots "sympa" pour Mussolini (et ses "rappels historiques") C'était d'ailleurs loin d'etre le seul (bien d'autres réactionnaires fini appouvait le Duce :

Par contre, je ne suis pas du tout convaincu qu'il soit également un "adorateur de hitler" cela demande a étre établi...

 

Vous dites n'importe quoi!!!

(vous faites honte aux médiapartiens)

Là Gabrielle bravo! vous rétablissez la vérité en un tour de main! chapeau et merci.

Qui a encore des illusions sur les bienfaits de la Révolution française et sur la Déclaration des droits de l'Homme (surtout la troisième mouture peu connue) manque de culture et de sens critique

Le tri sélectif des poubelles de l'histoire ne présente aucun intérêt.
Ca vous passionne visiblement, moi non. 
C'était juste des remarques sur leur origine, rien de plus.
La fonction actuelle des JO n'est plus la même, leurs commettants ont changé, ils sont aujourd'hui national libéralistes, c'est tout à fait différent.

Il me semble que le "salut romain" était trés pratiqué... par les romains. Que les fascistes l'ait "récupéré" est un fait établi, mais ce n'était pas forcément le seul "usage" qu'on pouvait en faire. Un peu comme le "foulard féminin" qui peut relever du "signe religieux" ou de la "beauté féminine" (quand c'est Brigitte Bardot qui le porte)

Quand aux "usages" des jeux olympiques "modernes" on oublie souvent la valeur "cultuelle" du "sport spectacle". Mais les JO reflétent AUSSI la société dans laquelle ils évoluent. Qu'ils soient "libéraux" et "individualistes" actuellement en dit plus sur les évolutions de la société que sur leur "nature propre"

 

Peut-être pas adorateur, admirateur sans aucun doute et en tous les cas il semblerait qu'il a accepté ses cadeaux...

Il suffit d'examiner attentivement l'affiche pour se rendre compte qu'il ne s'agit pas du salut nazi : les athlètes sont de profil et non pas de face, ils ont le bras levé parallèlement à la ligne de leurs épaules, leur main est verticale et leur poignet cassé. C'est le salut des romains de l'antiquité (alors que les jeux olympiques étaient grecs !).

Il est certain qu'en 1894, date de la restauration des jeux olympiques, ce salut ne pouvait pas être un emprunt au nazisme, qui n'avait pas encore vu le jour.

D'autre part je crois que Coubertin n'était qu'un homme de son temps, avec les convictions de son temps, qui croyait à la hiérarchie des races, à l'infériorité de la femme, aux bienfaits de la colonisation, etc. Ne le jugeons pas à l'aune de ce que nous pensons aujourd'hui.

Je pense que s'il vivait encore il serait horrifié de voir ce que sont devenus ces jeux et les magouilles mafieuses du CIO. 

Pourquoi se référer à Coubertin ou Samaranch pour critiquer les JO ? Fait-on de même avec K.Waldheim pour évoquer l'ONU. Exalter le sport plutôt que le nationalisme ? Le sport comme l'indique Jaccard est bon pour le corps moins pour le score. Avoir les JO est une bonne nouvelle qui permet de positiver, d'aménager la Plaine St Denis, et d'investir dans des infrastructures. Il serait bien que MDP fasse un petit effort culturel pour ne pas nécessairement replacer le contexte du XIXème siècle dans celui du XXIème ... Le sport de Coubertin c'est un sport élitiste de gentlemen qui n'ont pas accès au travail car isl n'en n'ont nul besoin, le sport d'aujourd'hui est libérateur, individuel et spectaculaire, sous réserve d'éviter les produits dopants, et pour une population en surpoids un excellent exemple. La tendance de juger les faits du passé à la lumière d'aujourd'hui n'apporte pas grand chose et reste quelque peu enfantine, que dire par exemple du Bulgaroctone ? L' on peut le juger de façon horrible, le basiléus fait crever les yeux de 15.000 adversaires, éborgnant un sur cent pour leur permettre de rentrer chez eux, mais ils rentrent vivant au lieu d'être massacrés. L'on oublie aussi que les guerres napoléoniennes ont fait des millions de morts, militaires et civiles et que cela semble bien oublié, qui ferait aujourd'hui un héros d'une dictature européenne comme le culte porté à Napoléon dans ce pays. Alors oui, Coubertin aujourd'hui l'on s'en moque, et pourtant on peut aimer les JO!

surprisedundecidedfrown

incompréhensible votre point de vue!

vous allez de l'onu au sport en passant par les problèmes d'obésité, en évoquant le bulgaroctone (késako ?), le basiléus (id. ?), en parlant de Napoléon...

Faites un break ce sera bon pour votre santé mentale. 

Vous pouvez aussi réfléchir ... et aller faire un tour dans wiki .

Wiki explique même votre cheminement de pensée ? surprised

ça alors il est fort ce wiki! smile

 "régi par des gles non écrites, l'appât (...) "  et j'en oublie peut-être!

(à part ça, commentaire recommandé! smile)

D'où vient Coubertin ? Le sport est libérateur par exemple pour les femmes ... mais aussi pour les personnes qui les pratiquent, et je ne doute pas que la compétition est un instrument de motivation.

je vous pardonne smile

Je n'utilise même pas de dictionnaires ! Et même si mon message est souligné de rouge un peu partout, je n'en tiens aucun compte : ce n'est pas une machine qui va me dicter mon comportement, non mais...

Oui mais faites attention quand même, le dictionnaire ce n'est pas tout, il y a la grammaire, la syntaxe et la ponctuation, qui peuvent faire dire autre chose que ce que vous voulez dire si vous ne les maîtrisez pas bien.

Savez-vous qu'une seule virgule peut changer la face du monde selon la place qu'elle occupe dans une phrase ? (l'exemple-modèle est dans la Bible quand Jésus parle à Barrabas alors qu'ils sont tous les deux sur une croix : "je te le dis aujourd'hui, tu seras avec moi dans le royaume des cieux" ou "je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le royaume des cieux". Vous sentez bien la différence de sens ?)

Les fautes d'orthographe ont un impact très faible, voire nul, sur le sens mais les autres ce n'est pas pareil.

Bon jusque-là, quand vous écrivez, tout va bien. On comprend. smile

 

 

Autre exemple du rôle crucial de la ponctuation :

Macron dit : "Jupiter est un imbécile".

Macron, dit "Jupiter", est un imbécile.

En fait c'est que j'ai trop lu les écrivains autrichiens d'avant garde (qui s'estimeraient déshonorés d'utiliser un seul signe de ponctuation, signe évident selon eux de dérive petite bourgeoise) type Thomas Bernard dans "la soupe aux nazis"

C’est toujours la même chose
à peine sommes-nous autour de la table
autour du chêne
il y en a un qui trouve un nazi dans la soupe
et au lieu de la bonne vieille soupe aux nouilles
nous avons tous les jours la soupe aux nazis sur la table
rien que des nazis au lieu de nouilles

Un sport qui ne coûte pratiquement rien et qui nourrit sa femme ou son homme : la marche en forêt.

Lundi dernier (11 septembre) j'ai ramené 10 kilos de cèpes !

Les cèpes étaient mardi à 56 €/kg au marché d'Aligre : vous avez fait fortune !

Et les miens étaient sans doute plus fermes car plus frais. Y avait plein de "bouchons de champagne", vous savez, ces cèpes poussés dans la nuit, fermes à souhait, mais y avait aussi des monstres à peine moins fermes.

J'aurais pu faire fortune, mais j'ai des voisins sympas et néanmoins amis avec lesquels j'ai partagé.

Ils m'ont payé... en liquide. Et du bon...

Bonne soirée.

Un autre sport qui en plus n'a pas besoin d'adversaire pour une quelconque compétition : une heure 30 de marche à pied par jour pour aller (et revenir chez soi) à son boulot, en plus c'est bon pour le cœur, pour la santé en général. 

Un autre sport...

Marche en forêt... marche pour aller au boulot et en revenir...

Nous parlons du même sport, vous, l'active et moi, le retraité...

C'est pas très gentil tout ça... mais c'est lucide. Pourquoi ne peut on jamais être gentil ET lucide en même temps et à la fois ?

Merci à l'auteur d'extraire la part morale malsaine de la sanité putativement sportive... c'est courageux, voire même un brin suicidaire en ces temps de promises et attendues liesses programmées, populacières et embièrées que beaucoup et les mêmes, depuis Rome au moins, croient pouvoir confondre avec le délicieux, mais rare, précieux et spontané, frisson collectif d'un engouement authentiquement populaire, autrement motivé.

Pourquoi ne peut on jamais être gentil ET lucide en même temps et à la fois ?

C'est aussi une question que je me pose... c'est pas du tout facile.

" (...) autrement motivé.

C'est ce que j'attends aussi...

Finalement, après réflexion, je pense que c'est très facile d'être lucide et gentil en même temps et à la fois!

Le problème est de savoir reconnaître le personnage à qui on s'adresse, y'en a qui n'ont plus la capacité de percevoir ce qu'on leur dit... frown

 

https://www.youtube.com/watch?v=tRZ7xnPg6ws&t=30s

 

Merci A.P.pour cet article aussi bien écrit qu'informé. Il est vrai que nous sommes accablés par la propagande médiatique en générale et celle du sport en particulier, dont entre autres, l’idéologie de plus fort est sa source et.. comme dans d'autres domaines..l'argent .. et le pouvoir!

"l'argent .. et le pouvoir!"...

... qui s'assimilent de plus en plus à l'ignorance et à la lâcheté.

Ça fait mal et ça fait peur.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

"Nota dez", comme on dit au Brésil.
++++++

C'est bien, les JO, ça permet à certains intellos devenir étaler tous les 4 ans leur mépris de la plèbe, trop con pour se rendre compte qu'on la crétinise, dépourvue de tout esprit critique, mise en perspective, etc etc

C'est assez gerbant, en fait, cette autosatisfaction et l'inter congratulation qui suit.

Sinon, je conseille vivement la bio Wikipedia de Coubertin, qui le remet assez bien dans son époque.

ça permet à certains intellos devenir étaler tous les 4 ans leur mépris de la plèbe

Fort heureusement, il n'y a pas que les "intellos" a critiquer la version "religieuse" du sport spectacle. Même si il y a une "critique intello" par ailleurs tout a fait intéressante (cette façon d'opposer "critique intello" et "plébe" étant elle même tout a fait connotée : c'est du poujadisme avéré)

C'est assez gerbant, en fait, cette autosatisfaction et l'inter congratulation qui suit.

Il suffit d'aller sur les télévisions hexagonales pour s'appercevoir de l'ampleur du phénoméne : BFM passe Jean-Marie Brohm en boucle, Stade deux a décidé de se convertir en émisson parlant de syndicalisme ("entre Jean Claude Mally et philippe Martinez, qui va gagner le match ? ")  quand à TF1 elle boycotte, tout simplement !

En tout cas, si on se concentre sur les médias dominants, on s'aperçoit que l'autosatisfaction et l'auto congratulation ne sont pas ceux que l'on croit.

@ npopravka 

Merci d'être venu illustrer, ici et maintenant, les thèses d'Emmanuel Todd sur les effets qu'induit l'intériorisation d'une infériorité culturelle furieusement blessée. Celle-ci comprime l'entendement et empêche de lire autrement qu'à travers le prisme d'une amertume rageuse – à laquelle je compatis bien évidemment de tout cœur. Toutefois, la colère ne doit pas rendre aveugle et je vous souhaite donc, par la présente électronique, cher abonné(e), de recouvrer un minimum de lucidité intellectuelle à même de nourrir votre révolte politique.

Pour ma part je vois plus l'effet du "poujadisme" jadis disséqué par Roland Barthes :

Comme tout être mythique, l'intellectuel participe d'un thème général, d'une substance, l'air, c'est-à-dire (bien que ce soit là une identité peu scientifique, le vide. Supérieur, l'intellectuel plane, il ne "colle" pas à la réalité (la réalité, c'est évidemment la terre, mythe ambigu qui signifie à la fois la race, la ruralité, la province, le bon sens, l'obscur innombrable, etc.). Un restaurateur, qui reçoit régulièrement des intellectuels, les appelle des "hélicoptères", image dépréciative qui retire au survol la puissance virile de l'avion: l'intellectuel se détache du réel, mais reste en l'air, sur place, à tourner en rond: son ascension est pusillanime, également éloignée du grand ciel religieux et de la terre solide du sens commun. Ce qui lui manque, ce sont des "racines" au coeur de la nation. Les intellectuels ne sont ni des idéalistes, ni des réalistes, ce sont des êtres embrumés, "abrutis". Leur altitude exacte est celle de la nuée, vieille rengaine aristophanesque (l'intellectuel, alors, c'était Socrate). Suspendus dans le vide supérieur, les intellectuels en sont tout emplis, ils sont "le tambour qui résonne avec du vent": on voit ici apparaître le fondement inévitable de tout anti-intellectualisme: la suspicion du langage, la réduction de toute parole adverse à un bruit, conformément au procédé constant des polémiques petites-bourgeoises, qui consiste à démasquer chez autrui une infirmité complémentaire à celle que l'on ne voit pas en soi, à charger l'adversaire des effets de ses propres fautes, à appeler obscurité son propre aveuglement et dérèglement verbal sa propre surdité.

Rolland Barthes Mythologies 1957

Le poujadisme était un populisme de droite, qui porta Jean-Marie Le Pen à l'Assemblée nationale (élu dans le Ve arrondissement de la capitale !) en 1956. Aujourd'hui et singulièrement dans les déroulés de commentaires de Mediapart, nous avons affaire à un populisme dit de gauche (le populisme, c'est, hélas !, ce qui reste à la gauche quand elle a tout perdu), relevant davantage du mélenchonisme que de l'insoumission éclairée – l'arbre Mélenchon, rogue, narcissique, autoritaire et encombrant, cachant et captant la forêt pleine de sève séditieuse qui s'épanouira lorsque le Conducator fera place nette...

ROTFL.

Je suis extrêmement éduquée,mon vote naturel est PS, je ne mettrai jamais un bulletin JLM dans une urne, j'ai 60 ans donc passé l'âge de la révolte politique, et je ne me suis jamais sentie en infériorité culturelle :-)

J'en ai juste marre d'entendre toujours les mêmes jérémiades stériles sur des trucs populaires, sport par ex., qui au premier chef n'intéressent que les convaincus, et au second peuvent éventuellement induire chez certains une amertume rageuse.

Mais qu'est-ce qu'il a fait ce "Poujade" qu'on a mis à toutes les sauces ?!!!

Je ne comprends pas ce terme "poujadisme".

"Le poujadisme était un populisme de droite, qui porta Jean-Marie Le Pen à l'Assemblée nationale (élu dans le Ve arrondissement de la capitale !) en 1956."

Vous pouvez nous en apporter les preuves ?

Pour comprendre l'essence même du poujadisme (et "l'ambiance" générale qui lui a permis de prospérer) je crois que le meilleurs ouvrage c'est "mythologie" de Roland Barthes (qie j'ai cité à plusieurs reprises à propos justement de Poujade) Vous comprendrez mieux j'espère nos échanges, et le "plaisir de penser" et les bonheurs d'écritures du primesautier Roland Barthes sont tout a fait communicatif... Par ailleurs, vous pouvez retrouver les trois textes où RB parle spécifiquement du poujadisme sur les internets, en lecture libre....

http://www.litt-and-co.org/citations_SH/a-f_SH/R-Barthes_Poujade.htm

Donc Poujade est un petit commerçant (le "papetier" de saint Céré, du nom de la ville où il tient boutique) révolté, dans le contexte de la quatriéme république pourrissante.... Il va lever un formidable mouvement trés "petite bourgeoisie" toute aussi finissante que la quatriéme république qu'il va baptiser du nom de 'Union de défense des commerçants et artisans (UDCA).... Révolte contre "les technocrates", "les impots" etc. Son mouvement va connaitre un formidable succés, aussi inespéré qu'ephémére ! Parti de rien du tout, sans appuis ni relais, il va concentrer un potentiel énorme et contribuer à faire élire plus de cinquantes députés, alors que Poujade n'a commencé "son combat pour le bon sens" que depuis deux ans. Un de ses plus "fulgurant" lieutenant est le jeune Jean Marie Le Pen, élu sur ses listes. A la fin du mouvement, et dans le chaudron de la guerre d'indépendance algérienne, ce dernier va s'engager (comme lieutenant, justement) dans la guerre d'algérie, ou il va faire sensation avec son poignard SS et sa propention a vanter ses actes de tortures (qu'il cachera plus tard, allant jusqu'a attaquer une de ses anciennes victimes en diffamation)

Le poujadisme connaitra une fin brutale à l'avénement de la cinquiéme république et à la fin de la guerre d'Algérie : il avait mis quelques années a grimper jusqu'au sommet, il ne mettra que quelques mois pour retomber dans l'insignifiance... 

 

 

Babette Grivinci

Il ne s'agit pas tant d'une preuve que de la manifestation d'un minimum de culture générale...

Le site de l'Assemblée nationale fait preuve et foi ! Le site de l'Assemblée nationale fait preuve et foi !

 http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/7607

Le Pen fut effectivement un des (nombreux) députés élus via la vague "poujadiste", mais il rompit assez vite avec Poujade, quand le mouvement politique qu'il avait fondé connu ses premieres difficultés, d'autant que Le Pen se recentra sur le terme (alors porteur) d'Algérie Française....

Ok pardon.

Cependant ce monsieur Poujade n'en est pas responsable (j'ai lu ce que Marc Tertre a pris la peine de m'expliquer et je l'en remercie) et son intention au départ n'était pas si mauvaise que ça non ? Il a été dépassé par les événements et depuis on lui fait porter le poids de tout ce qui a suivi. Je trouve cela injuste.

ce monsieur Poujade n'en est pas responsable

C'est clair qu'il n'est pas forcément responsable de ce que Le Pen est devenu...

son intention au départ n'était pas si mauvaise que ça non ?

Son intention était clairement "réactionnaire" (revenir au bon temps de l’entant)

Il a été dépassé par les événements et depuis on lui fait porter le poids de tout ce qui a suivi. Je trouve cela injuste.

Je  ne crois pas qu'il ait été "dépassé par les événements", et ça ne le rend pas moins "responsable" de ses actes et de ses objectifs de l'époque.

@ Babette Grivinci

Le petit papetier de Saint-Céré, Pierre Poujade, fut un populiste de la pire espèce, menaçant de pendre par les pieds les contrôleurs des impôts et faisant huer Pierre Mendès France et son ministre Henri Ulver au Vel' d'Hiv', avec des slogans antisémites lors de rassemblements haineux. Poujade avait choisi Le Pen, Le Pen s'était mis au service de Poujade. Les deux se fâchèrent ensuite et Pierre Poujade (1920-2003) finit par soutenir François Mitterrand en 1988...

Le mot poujadisme existe, ainsi que son dérivé poujadiste. Lisez donc les définitions afférentes, en particulier dans le Dictionnaire culturel sous la direction d'Alain Rey (Le Robert) : il faut donner des pistes de recherches aux abonnés (ah ! les devoirs de vacances), de façon qu'ils deviennent des glaneurs autonomes d'informations plutôt que d'attendre du tout cuit dans le bec...

menaçant de pendre par les pieds les contrôleurs des impôts

Maintenant ses successeurs (de droite et de gauche) menacent plutôt de pendre par les pieds quelques folliculaires appointés par Médiapart, avec une prédilection pour l'espèce mal embouchée (que vous défendez si bien !)

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

D'accord, d'accord, d'accord, mon cher Antoine! cool

Je vais de ce pas m'informer par moi-même! 

NB : les descendants de Poujade, qui ne sont pas forcément "poujadistes", qu'est-ce que ça leur fait de voir leur nom associé au mot "traîtrise" ?

Le populisme "de droite" ou "de gauche" s'appuie sur quelques préceptes communs (et sur de vraies différences et divergences politiques mis a part ça) Sur le status de "l'intello", ce que dit NPOPRAVKA n'est pas du tout l'attitude de "l'insoumis de base" qui n'a pas de mépris contre l'intello (surtout l'intello qui défend les thèses insoumises)

Le succés de JLM est en partie construite sur "l'autorité" du grand phi. Nous ne savons pas ce qu'il deviendra le jours ou ce dernier prendra une retraite bien mérité (1 ans comme prof, trois ans comme permanent du ps, 30 ans sénateurs, un an ministre, député, député européen,  bref, une carriére de vrai rebelle)

Les intellos ne font pas partie de la construction du "eux" du grand phi, il les a remplacés par les journalistes, donc l'insoumis de base aime l'intello de gauche (pléonasme).

Y a très peu d'intellos de droite et l'intello de gauche conchie les valeurs populaires, donc forcément le populiste de droite conchie les intellos.

Et c'est comme ça que Trump est devenu président...

l'intello de gauche conchie les valeurs populaires

On doit pas fréquenter les mêmes !

C'est plutôt la presse qui comprit tout le parti qu'elle pouvait tirer de l'héroïsation du sportif. Le Petit Journal organise lui-même le premier événement dont il pourra tirer profit en parlant d'exploits de surhommes dès 1869 . C'est la course cycliste Paris-Rouen. Le processus est enclenché et développé par Henri Desgrange (L'auto puis L'Equipe) qui veut créer "un bataillon sacré du sport" professionnel, exceptionnel, à des fins commerciales. Le Pédagogue (un peu spécial comme beaucoup de l'époque : aristo républicain nationaliste francomaniaque revanchard) de Coubertin s'y oppose car le corps du sportif professionnel est un corps mercenaire... "un gladiateur misérable".(d'après Georges Vigarello in Histoire du corps III - Le Point). Voici  le temps de ces "gladiateurs misérables". Mais n'est-ce pas universel?

À signaler également l'excellent article qu'on pourrait titrer "Léo Lagrange VS P. de Coubertin", dû à Guy Konopnicki et se trouvant, tout arrive, dans "Marianne" – caché tout à la fin.

Papier à charge, qui prend chez Coubertin, qui a écrit tout et son contraire, ce qui va dans le sens de sa thèse. Du coup, comme Brohm et Jacquard, dont les contre-pieds furent en leur temps salutaires, on bascule dans une vision exclusive, simpliste, militante et sectaire... à l'envers. Le racisme, le colonialisme et le machisme de Coubertin (certains évoquent même son homosexualité latente), sans parler de sa fascination pour Hitler à a fin de sa vie, sont connus, et sont même depuis longtemps la thèse "officielle", y compris des historiens de l'olympisme les plus inféodés. Pourtant, si beaucoup de chose sont pourries dans l'olympisme et le CIO, tout ne l'est pas. Et le mouvement sportif naissant de la fin du XIXe siècle, dont Coubertin fait partie, n'est pas exclusivement un phénomène négatif, aliénant et élitiste. Il s'inscrit aussi dans les courants de pensée d'un monde en pleine évolution de la même époque (saint-simonisme, socialisme, etc...) Juger Coubertin à l'aune de 2017, comme on le fait de Jules Ferry ou de Colbert, c'est aller friser le contresens. La critique constructive du sport et de ses dérives mérite plus de sérieux et de bonne foi. 

Peut-être devriez-vous entamer une carrière d'inspecteur général de l'éducation nationale. Vos rapports seraient très attendus.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Le Musée olympique de Lausanne, quand il comprit que je ne me contenterais pas de le visiter sans questionner l'esprit des lieux, me pria d'aller me faire voir au Comité international olympique. Celui-ci, contacté le 31 août en vue d'une rencontre avec un intellectuel organique du cru – réclamée pour le 8 septembre si possible –, se fit tirer l'oreille, puis me communiqua, le 7 septembre, la simple adresse électronique d'un historien (solidement) attaché au CIO. Et qui n'a bien entendu jamais donné suite à ma demande. Voilà sans doute la différence entre une secte (qui se claquemure pour protéger son fondateur) et une Église (gourmande de controverse théologique face à qui prétend douter de l'existence de Dieu). Toutefois, une Église est une secte qui a réussi…

Deux jours passés à la BnF m'ont permis de tomber sur des écrits de Pierre de Coubertin – ou à son propos –, que le CIO préférerait voir oubliés.