Cabu, le « côté ensoleillé de la rue »

Crayon radicalement antimilitariste, antinucléaire, antinationaliste : dans un portrait télévisuel aux couleurs vives, la Parisienne Libérée revient sur le parcours intellectuel et les prises de position politiques du dessinateur Cabu. Chronique vidéo.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Cabu est mort, assassiné à 77 ans dans l'attentat qui a frappé le journal Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Alors que la voix de l'antiterrorisme entonne son refrain monotone, il faudrait désormais accepter de nouvelles mesures sécuritaires, celles-là mêmes qui n'ont pas su protéger la rédaction du journal satirique. La liberté d'expression deviendrait ainsi la justification d'une logique antiterroriste qui menace nos libertés, et en particulier la liberté d'expression : la boucle serait bouclée.
Le dessinateur Cabu détestait – le mot n'est pas trop fort – l'armée. Il vomissait le 14 Juillet, les défilés militaires, les hymnes, les uniformes. Il adorait le swing, les chansons gaies, mais aussi, selon ses propres mots, « tout ce qui n'est pas encore bétonné ». Antinucléaire, compagnon de nombreux combats écologistes, il n'a pas hésité à utiliser son dessin et ses passages à la télévision pour dénoncer les risques associés aux centrales et aux usines d'armement. Féroce critique du clan Le Pen, considérant les religions comme des idéologies, il a fait face avec véhémence à toutes celles et ceux qui, épris de morale et de nationalisme, lui ont reproché ses opinions et sa liberté de crayon.
Dans un contexte politique très sombre, rappelons-nous bien qui est Jean Cabut, revenu bouleversé par 27 mois de service militaire en Algérie. Ses chemises hawaïennes et ses pulls colorés, ses ripostes cinglantes aux censeurs de tous poils, son rire affiché face la mort, sa profonde et absolue détestation de la guerre : Cabu a bien des choses à nous dire sur l'actualité, lui qui dessinait « pour montrer le côté ensoleillé de la rue ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

L'actualité en musique

L'actualité en musique
par La Parisienne Liberee
L'actualité en musique
par La Parisienne Liberee
L'actualité en musique
par La Parisienne Liberee
L'actualité en musique
par La Parisienne Liberee

À la Une de Mediapart

Diplomatie — Analyse
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
France — Enquête
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Terrorisme — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Justice — Reportage
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti