Asli Erdogan offre une lueur ténébreuse contre l’obscurantisme

Par Jean-Paul Champseix (En Attendant Nadeau)

Remise en liberté fin décembre 2016 dans l’attente de son procès, l’écrivaine Asli Erdogan est à l’honneur chez Actes Sud, qui publie son dernier ouvrage, Le silence même n’est plus à toi. Ce livre sombre, duquel surgissent de belles fulgurances, en particulier dans les passages consacrés aux femmes, force l’admiration, tant il témoigne du courage de l’auteure face à la répression menée par l’État turc.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’écrivaine Asli Erdogan, incarcérée en juillet 2016, a été remise en liberté le 29 décembre suivant, sous contrôle judiciaire, dans l'attente de son procès. Avec une linguiste et deux journalistes, elle risque la prison à perpétuité. Sa participation au comité consultatif de la rédaction du quotidien Özgür Gündem (Libre Agenda), soutenant les revendications kurdes, lui est reprochée. En lisant ses chroniques, le lecteur pourra se faire une idée de la solidité des accusations : « Atteinte à l’intégrité de l’État » et « appartenance à une organisation terroriste », c’est-à-dire au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).