L’histoire noire américaine est devenue un sujet littéraire

Un nouveau, voire un contre-récit national américain : c’est ce que visent des textes qui paraissent en France cet hiver, et qui sont autant de « contrenarrations » : Les Confessions de Nat Turner, dont s’inspire le film de Nate Parker, The Birth of a Nation ; et des livres dont l’objet est de raconter, ou de re-raconter, une histoire noire américaine : ceux de Ta-Nehisi Coates, Sylvain Pattieu et John Keene.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

The Birth of a Nation, le film de Nate Parker, commémore à sa façon le centenaire du film de D. W. Griffith, qui se caractérisait par ses innovations formelles et son racisme manifeste. À cette nation, Parker entend opposer une autre : celle qui naît dans la lutte des esclaves pour leur liberté. Le film s’inscrit dans un genre, le film d’esclave, qui a connu un indiscutable renouveau ces dernières années. Ses premiers succès peuvent s’expliquer par la façon dont il permet, sans nécessairement les réunir toutes, de croiser différentes préoccupations contemporaines : l’histoire d’un homme « based on a true story » (c’était le cas pour Twelve Years A Slave de Steve McQueen, 2013), la fresque épique, la violence extrême (dont jouait Django Unchained de Quentin Tarrantino, 2012). Mais tous ces films visent surtout à prolonger les combats noirs américains, dont la nécessité reste pressante, comme en témoigne depuis 2013 le mouvement #blacklivesmatter, et alors que le Ku Klux Klan a salué l’élection de Donald Trump. Ce cinéma le fait en réécrivant une histoire de l’Amérique, en contribuant à la fabrication d’une histoire africaine-américaine ; le phénomène est peut-être moins manifeste pour la littérature, il est pourtant tout aussi sensible.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean