La traduction d’Amanda Gorman, une question qui fâche

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cinq minutes de grâce, des semaines de polémique. Le 20 janvier, lors de l’investiture de Joe Biden, Amanda Gorman, première lauréate du prix du jeune poète américain, déclame « The Hill We Climb » (« La colline que nous gravissons »), qui chante la réconciliation, l’unité dans la diversité, la justice, la force de la démocratie à laquelle elle aspire pour son pays : « For there is always light/ If only we’re brave enough to see it,/ If only we’re brave enough to be it » (« Car il y a toujours de la lumière/ Si nous sommes assez courageux pour la voir/ Si nous sommes assez courageux pour être cette lumière »), conclut-elle.