Le centre Pompidou, une utopie rouillée

Par Bernard Hasquenoph et Marion Rousset

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 9 mars 2017, le tribunal de grande instance de Paris a condamné le centre Pompidou pour avoir fait figurer une contrefaçon au catalogue de l’exposition consacrée à Jeff Koons en 2015. La ligne de défense de l’institution avait de quoi laisser songeur : l’artiste aurait décidé de tout, aussi bien des œuvres exposées dans le musée que de celles présentées dans le livre. Beaubourg a d’ailleurs indiqué au tribunal avoir « agi dans le cadre de relations contractuelles particulièrement contraignantes avec la société Jeff Koons sous l’influence directe de l’artiste américain ».