Maylis de Kerangal et Iouri Bouïda brûlent le dur

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2010, Maylis de Kerangal, prix Médicis pour Naissance d’un pont, récemment prix Landerneau pour ce Tangente vers l’Est, faisait partie d’un voyage organisé pour écrivains (voir en Prolonger). Plus de 9 000 kilomètres à bord du Transsibérien, Moscou-Vladivostok. « Et je percevais dans le grincement perpétuel des roues/ Les accents fous et les sanglots /d’une éternelle liturgie »... Presque un siècle après Cendrars, on avait aimablement baptisé le train de son nom. Lui qui disait, «qu'est-ce que ça peut faire, que je n'aie pas pris le transsibérien, puisque je vous y ai tous emmenés...» Le voyage n’était pas le même, de toute façon, loin de la guerre, de la seconde et troisième classe… De cela, Maylis de Kerangal a vite pris la mesure. De l’entrevu, du parcellaire, de l’incompris, de la barrière linguistique, elle a fait un récit.