«Le Lambeau»: ce qui reste

Par

Philippe Lançon est l’un des rares survivants de l’attentat contre Charlie Hebdo. Le Lambeau (Gallimard) raconte son histoire, l’histoire d’un homme qui survit par les livres. Il s'est vu décerné, le 5 novembre 2018, le prix Femina.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lorsqu’il doit descendre au bloc pour une intervention, Philippe Lançon a pris l’habitude d’arriver « avec un livre planqué sous le drap » : il embarque sur le brancard les Lettres à Milena, où Kafka donne à sa merveilleuse maîtresse quelques nouvelles de sa santé misérable. Il lui arrive aussi de se préparer pour l’une des innombrables opérations qu’il doit subir en relisant, une fois encore, l’épisode de la mort de la grand-mère du narrateur dans À la recherche du temps perdu : « Sa descente vers la mort en faisait quasiment une compagne de chambre, j’étais avec elle dans son lit, avec son regard absent ou renonçant, près de la fenêtre qu’elle tentait d’ouvrir pour sauter. (…) J’avais la sensation que la familiarité ne pouvait monter que du silence des livres. » Philippe Lançon est journaliste et écrivain, il est l’une des victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo. Le Lambeau revient sur la journée du 7 janvier 2015 et les longs mois d’hospitalisation qui ont suivi.