Au cinéma, les migrants de Calais ou l'art de la révolte

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment occuper un espace public mais interdit? Comment la politique d'un État s'inscrit dans les corps des individus surtout quand ils sont considérés comme indésirables? Comment des parcours singuliers résistent à une logique de contrôle et de répression toujours plus puissante? Ces questions, le film de Sylvain George, Qu'ils reposent en révolte (Des figures de guerre I), les explore au travers de l'expérience sensible de migrants qu'il a rencontrés à Calais ces dernières années.