«Contrechamp»: YouTube ou le cool formaté

Par et Olivier Alexandre

De quoi est composé le continent YouTube, bien souvent inaccessible aux plus de 30 ans ? Comment se monétisent et se formatent les images produites par les Youtubers ? Entretien avec Adrien Labastire, fondateur et directeur de Golden Moustache, un des principaux studios de production de la plateforme vidéo de Google.  

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

« Contrechamp », le rendez-vous vidéo et long format de Mediapart consacré aux conditions de production et aux processus de création de ce qui nous est donné à voir, lire ou entendre, se centre cette saison sur le numérique, en compagnie du sociologue de la culture Olivier Alexandre.

L’analyse des évolutions matérielles des industries et politiques culturelles est nécessaire dans une période de bouleversement technologique et économique, à l’orée d’une campagne d’où la culture est singulièrement absente, bien que l’on estime que la production de biens et services culturels en France dégage un chiffre d’affaires de 130 milliards d’euros et concerne 670 000 emplois.

Pourquoi les opérateurs historiques de la télévision s’intéressent-ils désormais aux studios qui produisent des images pour YouTube, à l’instar de Canal +, qui a racheté le Studio Bagel, ou de M6, acquéreur de Golden Moustache ? Comment se faire une place sur YouTube auprès de stars comme Rémi Gaillard, Cyprien ou Norman, avec la loi monétaire du « un euro pour mille vues » ? Dans quelle mesure Google, qui a racheté YouTube en 2016 pour 1,65 milliard d'euros, s’applique-t-il à contrôler les images qui peuplent ce continent dont la viralité aiguise l’appétit des annonceurs ?

Autant de questions abordées avec Adrien Labastire, fondateur et directeur de Golden Moustache.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale