Culture-Idées

Thierry Hesse succombe avec succès au démon du roman russe

Avec Démon, son troisième livre, Thierry Hesse affiche une ambition romanesque rare. L'expérience tchétchène de son personnage principal, un grand reporter, est ainsi l'occasion de revisiter de larges pans de l'histoire du XXème siècle et de poser la question de la transmission ou plutôt celle de l'abandon. Entretien vidéo, extrait et lecture par l'auteur.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Démon est l'une des très bonnes surprises de la rentrée. On connaît Thierry Hesse depuis 2003, année de la parution de son premier roman, Le Cimetière américain, un texte qui prenait acte, à travers un fait divers d'une vallée des Vosges, de ce qu'on peut appeler « les derniers jours de la classe ouvrière ». Un deuxième livre, Jura, avait paru deux ans plus tard, aussi bref, ramassé, qui interrogeait ce que peut signifier le fait pour les footballeurs mais aussi pour les autres de marquer contre son camp. Deux romans ciselés, discrets, à peine remarqués.
Et là, pour le troisième, Thierry Hesse monte brusquement le volume, change littéralement de division. Ce Démon est un roman ambitieux où l'Histoire du XXème siècle comme celle du temps présent saturent l'espace ; un roman russe en somme, de facture classique, à ceci près, décisif, qu'il est écrit par un contemporain mordu d'actu et qui n'est pas dupe un instant de la forme, faussement anachronique, qu'il a décidé d'investir ; un roman plein de dizaines de personnages au point qu'il faut un index en fin de volume ; un roman qui convoque la destruction des juifs d'Europe, Joseph Staline, les récentes guerres récentes d'Afrique de l'Ouest, au Sierra Leone et au Liberia, le conflit en Tchétchénie et la prise d'otage du théâtre de la Doubrovka, qui évoque même, à la marge, les attentats du 11 septembre ; un roman, donc, comme les écrivains français contemporains n'osent que trop rarement en écrire.
Pour lire les premières pages de Démon, cliquer sur la couverture ou ici.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Extrême droite — Enquête
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Europe — Reportage
par Ellen Salvi
International — Enquête
par Yann Philippin
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec
Financement de la vie politique — Enquête
Macron 2017 : l’enquête interdite
Un service du ministère de l’intérieur a alerté, en 2019, sur des prestations de sécurité pendant la campagne présidentielle « vraisemblablement réalisées dans des conditions illégales ». L’affaire, potentiellement embarrassante pour l’Élysée, a été enterrée. Nos révélations.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Blanquer, l’école à la renverse — Reportage
Grève à l’école : « Nous sommes au point de rupture »
Des dizaines de milliers de personnes dans les rues, une forte proportion de grévistes, et une mobilisation qualifiée d’« historique » par ses organisateurs. Jeudi, les personnels des écoles, collèges et lycées ont exprimé leur « ras-le-bol » de Jean-Michel Blanquer.
par Lucie Delaporte, Dan Israel, Khedidja Zerouali et Manuel Sanson

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik