Le Nouveau Monde antilyrique de Charles Reznikoff

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Une poésie humaine pour les êtres humains » qui « dans un autre âge ou une autre société aurait sûrement été appelée “populaire” », a finement fait valoir Denise Levertov à propos de Charles Reznikoff, en se remémorant avec quel élan spontané, naturel, les passagers du métro new-yorkais se pressaient contre ses épaules pour lire l’auteur de By the Waters of Manhattan. Tout circonstanciels qu’ils soient, ces mots de Levertov introduisent parfaitement à l’œuvre de ce fils de Juifs russes contraints de fuir les pogroms déclenchés par l’assassinat, en 1881, du tsar Alexandre II.