Pour une éthique de la vulnérabilité en temps de pandémie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Soignants contaminés, surblouses en sac-poubelle, aides à domicile sans masques, Ehpad abandonnés, patients entassés dans des couloirs d’hôpital : ce sont, entre autres, les images qui subsistent de l’expérience inédite du pic épidémique du mois de mars à mai 2020, longues semaines éreintantes pour le corps soignant dans un contexte de délabrement de leurs conditions matérielles d’exercice.