Sylvie Taussig ou comment résister à l’enchantement de Paris

Par et

Un monstre », « deux millions de signes, cinq ans d’écriture, six de gestation, 1 776 pages entre les mains du lecteur : Dans les plis sinueux des vieilles capitales est plus qu’un pavé ; c’est un roman qui se refuse et sa réception s’annonce aussi sinueuse que le promet son titre. Entretien vidéo avec l’auteur et très long extrait du roman en fin d’article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

1 776 pages, un « monstre » aux dires de son éditrice, « deux millions de signes » : le roman de Sylvie Taussig, Dans les plis sinueux des vieilles capitales, est décrit comme le « pavé de la rentrée », foulé, pas vraiment pénétré. L’objet intrigue : par quelle inconscience un éditeur peut-il proposer, en plein déferlement de la rentrée littéraire, ce bloc compact équivalant, en volume et longueur, à près de sept romans ? C’est le pari que l’obstacle lui-même, par sa démesure, deviendra l’argument lapidaire qui convaincra le lecteur d’y entrer. « Pavé », donc. Mais cela ne saurait suffire.