Ryan McGinley, sans dessus ni dessous

Par

Réputation taillée dans l'underground new-yorkais des années 1990, Ryan McGinley s'est imposé dans la photographie contemporaine avec ses mises en scène dynamiques aux teintes puissantes et joyeuses d'une jeunesse borderline qui veut en découdre. Entretien et diaporama inédit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Roulant à fond sur la route – celle de Jack Kerouac et celle d'Easy Rider –, Ryan McGinley est un vagabond, dans le sens donné par le photographe Jacob Holdt : « Un aventurier voyage d'un point A à un point B, alors que le vagabond voyage dans une troisième dimension – celle où vous vous prenez aussi des pains dans la gueule. »