Alain Cavalier et la mort du petit cheval

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 19/05/2009 03:15
  • Par
Beau texte, on vous connait, sur l'évolution d'un cinéma qui laisse en marge , en carafe Cavalier. Je ne suis pas autrement surpris. Beau texte sur un cinéma que vous appelez de vos voeux et qu'alimente a contrario le syndrome cavalier. Beau texte qui donne envie de voir tous les films cités in fine. LS
  • Nouveau
  • 19/05/2009 09:11
  • Par
Oui vous donnez envie d'aller voir plus loin, merci. PS: Extrait de la conférence de presse de Jacques Audiard et de l'équipe du film Le prophète. (Cannes 2009) Jacques Audiard: "Je pense que depuis 10 ans on appelle cinéma quelque chose qui n'est plus véritablement du cinéma. C'est autre chose. Pour la simple et bonne raison que déjà il y a une hybridation: on est entre le cinéma traditionnel, l'argentique, et le numérique. Et forcément la perception et la restitution du monde va être différente. Donc voilà, à quoi j'appartiens (?) je ne sais plus. Le festival de Cannes (le speaker): "nous terminerons sur ces angoissantes questions, merci à tous...." Jacques Audiard: "Non ce n'est pas angoissant du tout et c'est absolument exaltant je trouve. Ca a été angoissant, ça ne l'est plus. Merci beaucoup." (fin-applaudissements)
Merci @gill pour ce retour J’aime bien lire, certaines analyses après vision d’un film, pour y trouver, entre autre, d’autres portes de lecture, dans le cas présent il faudra se défaire de votre regard pour saisir ce film. Merci pour ces textes.
Mais pourquoi faudrait-il à tout prix "préférer" quelque chose ? J'ai très envie de voir ce film de Cavalier, même si c'est ce que vous dites - mais moi j'aime bien les vieux qui se répétent, ça me change des jeunes qui retournent leur veste tous les 2 films pour voir ce qui marche. J'ai AUSSI envie d'aller voir tous les autres (Coppola etc). Je remarque qu'il y a peu de films français dans votre sélection. Je n'y vois pas une volonté "anti-française" de votre part mais justement c'est étrange que les films français ne soient jamais (en tout cas très peu) présents... Le cinéma français est mauvais à ce point ? et si oui pourquoi, alors que nous avons des écoles plutôt réputées (FEMIS etc). Le problème est où ? Réalisateurs nuls ou producteurs peureux ou distributeurs requins ? ça me laisse perplexe, d'autant qu'avec le numérique ça devrait être justement plus facile
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale