Le Graët, vainqueur surprise à la FFF

Noël Le Graët a battu de près de 10 points le président sortant de la FFF, Fernand Duchaussoy.
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Ça n'était presque qu'une formalité. Le président de la FFF, Fernand Duchaussoy, devait être réélu sans problème. Pourtant, au coup de sifflet final, le vainqueur, Noël Le Graët, lui en remontre de 9 points: 54,4% pour l'ancien patron de la Ligue contre 45,4% pour le sortant. «Je quitte définitivement le football national pour repartir là où j'ai commencé, dans le foot de club dans le Nord-Pas-de Calais»,a commenté Duchaussoy à l'annonce du résultat. «Je comprends la déception de Fernand, a répondu Le Graët. Je dirai à Jean-Pierre Escalettes et à Fernand Duchaussoy que ma porte est ouverte, j'ai besoin de conseils et on ne travaille pas tout seul.»

Pour Escalettes, justement, qui les a précédés à la tête de la FFF, «Fernand a payé un an de pouvoir. Celui qui est aux affaires n’est pas celui qui a le plus de chances d’être élu, car c’est lui qui prend tous les mauvais coups et Fernand a passé une année difficile». Il les a connus tous les deux à la tête de la FFF; ils étaient chacun vice-président: Duchaussoy au football amateur, Le Graët aux dossiers économiques. Et ce sont bien deux mondes qui s'opposent, l'un ancré dans le terroir, l'autre orienté vers l'international et le «business».

Noël Le Graët devrait lancer son mandat à la tête de la FFF en appliquant une mesure-phare de son programme: «Ouvrir le foot français aux évolutions de notre société tant sur le plan social que sur le plan économique.»

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous