Penser l’islam par gros temps

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’enjeu du colloque international organisé à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) les 15 et 16 décembre, intitulé « Des sciences sociales en état d’urgence : Islam et crise politique », était comme le résumait en introduction l’une des organisatrices, Nadia Marzouki, chargée de recherche au CNRS, d’à la fois « mettre les pieds dans le plat et arrêter de pédaler dans la semoule ».