«Entre les frontières», échanges et changements d'Avi Mograbi

Par et Eugenio Renzi

Entre les frontières, le nouveau long métrage d'Avi Mograbi, est en salle depuis le 11 janvier. Rencontre filmée avec le cinéaste israélien et compte-rendu d'un film qui, parti pour mettre en rapport les réfugiés juifs du XXe siècle et les demandeurs d'asile africains d'aujourd'hui, finit par prendre une autre direction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le nom d'Avi Mograbi est connu en Israël, dans le milieu de l'art et du cinéma indépendants, depuis le milieu des années 1990. Vingt ans déjà. Mais son véritable public se trouve en Europe, et plus particulièrement en France. C’est là que son talent a été découvert, là que ses films sont financés et là qu’ils jouissent d'une distribution en salle que sa notoriété ne semble pas, hélas, avoir rendue plus aisée. Il existe toutefois une petite foule de spectateurs qui suit la production mograbienne avec ferveur, lui reconnaissant pleinement une place d'exception dans le cinéma d'aujourd'hui.