Daniel Lindenberg, l’hétérodoxe

Par Olivier Mongin

Disparu le 12 janvier, l’historien des idées avait analysé la nouvelle configuration de la pensée conservatrice en 2002 dans Le Rappel à l’ordre : enquête sur les nouveaux réactionnaires. Originale, intranquille et indocile, son œuvre ne se réduit pas à cet ouvrage, comme l’explique Olivier Mongin, ancien directeur de la revue Esprit, qui lui rend ici hommage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Associer le nom de Daniel Lindenberg à la seule tempête médiatique qui a semé la panique dans le milieu intellectuel hexagonal en 2002 laisse entendre que l’auteur du Rappel à l’ordre (Seuil/La République des idées) cherchait la castagne « pour faire un coup ». C’est oublier que Lindenberg laisse une œuvre qui n’est pas sans cohérence et dont les diverses publications s’étendent sur près de quarante années. Certes la mémoire est courte par les temps qui courent.