Les Arabes à travers le prisme déformant d’une série israélienne

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ceci n’est ni une critique de télévision ni un essai sur la moralité de la série télévisée Fauda (« chaos » en arabe – note du traducteur). Ni sur le sentiment de supériorité de tout producteur israélien, convaincu qu’il peut parler au nom des Arabes aussi facilement qu’il peut se faire passer pour un Arabe en portant des vêtements bon marché, en se laissant pousser la barbe et en la teignant en noir.