«Ils ne sont candidats qu’à l’approfondissement de la catastrophe»

Par

Dans un entretien au Monde, deux membres du « groupe de Tarnac » critiquent sans ménagement la campagne présidentielle, un « cirque qui a assez duré ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Poursuivis depuis plus de huit ans dans l’affaire de Tarnac, Julien Coupat et Mathieu Burnel évoquent longuement leur vision, cinglante et ironique, de la politique en France, au moment où sort le dernier livre du Comité invisible, dont ils sont proches. « Toutes les “révolutions” qu’ils promettent ne sont là que pour nous permettre de ne rien changer à ce que nous sommes, de ne prendre aucun risque, ni physique ni existentiel », lancent-ils.