Au goulag albanais, au nom du père

Par Jean-Paul Champseix (En Attendant Nadeau)
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Le monde étant petit, on retombe sur Walter Benjamin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Angelus_Novus_(Shehu)

Le personnage à droite de la photo a en effet une allure assez caractéristique. 

Je suis allé en Albanie du temps d'Henver Hodja. Ce qui m'avait frappé (entre autres) était un musée à Tirana dédié à Staline et aussi des salles de musée couvertes de photos de résistants ayant livré combat contre les troupes ennemis. En regardant de près, certaines têtes sur les photos avaient été badigeonné de blanco pour machines à écrire. Personne dans le groupe ne s'est hasardé à demander à la guide pourquoi...

La jeunesse étudiante de Staline avait été revisitée par la guide qui expliquait sans rire que ses mauvais résultats scolaires étaient le fait du génie du Grand Homme que ses enseignants suppôts du capitalisme avaient décelés et voulaient ainsi empêcher d'éclore...

 

Denver Hodja avait fait ses études à la Sorbonne et était très féru d'histoire française. 

C'était aussi le cas de Pol Pot et de deux ou trois autres, plus près de nous, dans les années cinquante.

Je l'ignorais pour Pol Pot. Je me souviens aussi de la visite d'un immense bâtiment bibliothèque dans le centre ville de Tirana. Un étudiant seul y consultait un bel ouvrage sur l'impressionnisme. Nous l'avons alors assailli de questions. La guide traduisait. Il ne tarissait pas d'éloges sur l'impressionnisme et se mit à le comparer au "réalisme socialiste" qui n'avait pas ses faveurs. La guide stoppa net la traduction. Plus de son. Alors que nous la relançions elle nous déclara que ce qu'il disait était inintéressant et nous enjoignit de la suivre pour quitter la salle de consultation. J'ai toujours pensé que cet étudiant avait pris là des risques démesurés et qu'il avait dû ensuite lui en coûter.

 

La dictature stalinienne hallucinante d'Enver Hodja a trouvé des défenseurs en France.

Certains d'entre eux, sans surprise, ont intégré le Front de Gauche, pour soutenir en 2012 la candidature d'un autre Sauveur suprême:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_communiste_des_ouvriers_de_France

Je me souviens de ces gens, qui tentaient de vendre à la criée, dans les manifestations, leur journal, intitulé La Forge, et organisaient régulièrement des voyages en Albanie.

Une véritable secte, hermétique à la réalité, repliée sur elle-même, couvrant d'injures tous ceux qui ne partageaient pas leur admiration pour l'Albanie socialiste, véritable Paradis, à les en croire, dans lequel le chômage n'existait plus...

En réalité, un pays transformé en goulag, couvert de centaines de milliers de bunkers, construits sur l'ordre d'un dictateur devenu totalement paranoïaque.

14 Jean Ferrat 80 Le bilan © BasileM

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale