Retour sur le comité Audin, ZAD de la mémoire

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Merci pour cet article et ces documents. La reconnaissance et la compassion importent beaucoup.

Mais pourquoi donc tout arrive toujours trop tard et par la voix d'un tout puissant douteux sur ses mobiles ? C'est - bien sûr - mieux que rien. Mais cela gâche un peu la fête pour ses camarades de l'époque et surtout ses très proches... qui appartiennent à d'autres désormais.

Je ne puis m'empêcher de me demander ceci : si celui qui, aujourd'hui (où cela ne peut plus coûter, qui plus est à titre personnel) en vient à rompre un si vil pacte, si trop loin après, quelle  est la portée et la sincérité de cet acte ?

Je ne puis m'empêcher de me demander- aussi - ceci : Des types comme le communiste Audin, un Macron ne pourra les "aimer" que morts ! Et ça continuerait/continuera !

Ca continuerait si des communistes de la trempe d'un Audin (tant d'autres juste  un peu avant, car tout cela est "collectivement épique" et donc, hélas, révolu...) existaient encore - dans ce grand fumier du présent - qui pourtant en réclamerait...

Et de ça, y'en a plus en rayon, zut alors !

Sans parler du manque de respect et des pâmoisons à retardement et à bon compte...

Signé  : un esprit chagrin, et un sujet aussi inquiet que chagriné.

syco, 

"""ce qui a valu  (à J. Lindon)  des ennuis sérieux"""

... et une bombe sur le pas de sa porte ...

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

tertre, 

""" le meurtre mystérieux de Henri Curiel"""

En fait, pas si "mystérieux" que ça ...

 

J'aurais sans doute du utiliser une parenthése (la "mise a distance") : la mort "mystérieuse" de henri Curiel. Cela dit, il n'y a pas de réponse "officielle" et une série de suppositions non tranchées... 

tertre 

Cela vient d'être rouvert. Il n'empêche : qui l'a abattu au seuil de son domicile de la fameuse rue Rollin ?  René Resciniti de Says ou non ?  

Audin, fort bien soutenu à juste titre, n'est que l'un parmi des individus innombrables ! 

Quelle belle "nation", que  la Freeeeence  "républicaine" !

frown

René Resciniti de Says peut aussi étre un gros mégalo, comme il en existe tant à l'extréme droite Tout ça nécessite un peu de rigueur et de vérité factuelle. Personnellement, j'ai tendance à n'accorder aucune importances aux "informations" délivrées par "faits et documents", la "feuille" du fasciste Ratier. Mais qui sais, sur une incompréhension mutuelle, il peut éventuellement dire la vérité. Mais c'est rarement observé...

A priori, je croirait plutôt les "services" responsable de cette exécution. Reste a trouver les preuves...

tertre, 

C'est du direct, selon la nouvelle tendance MDP. Pourquoi pas ? 

D'accord pour les doutes. Quid de l'ineffable Ratier ... ?

Mais précisez, pour les "services" ... Que l'État français soit bien enfoncé dans son ignoble m...    !

Qu'en pensez-vous ?   CDT. 

Ce n'est pas moi qui vais défendre "l'état français", surtout pour le genre d'opérations dont on parle.

Jusqu'a une date assez proche, les "services" français faisaient partie du trio gagnant (avec les "services" israeliens et les soldats perdus de l'oas) Trés franchement, je pense que cette "auto accusation" (de quelqu'un qui est mort, et qui se savait mourant quand il a "avoué") arrange bien tout un tas de monde. Tout cela ne me satisfait pas tout a fait. Je suis comme le commissaire Maigret quand on lui présente un suspect que tout accable : j'ai tendance à me méfier....

Bon, qu'on fasse monter des biéres et des sandwitchs pour continuer la discussion de façon confortable....

tertre, 

Méfiance, à coup sûr ... Mais quels enquêteurs d'envergure sont sur le coup ?  Je paie les bières ! 

CDT.

NB -  Pour Ratier, il fallait sans cesse plus que trier avec des pincettes ...

 

Le pouvoir a lâché la bride aux militaires je lis. Mais quel pouvoir ? C’est un gouvernement de gauche qui a donne les pouvoirs spéciaux, de police notamment à l’armée.

Voyons Albert, un gouvernement de gauche ? Un gouvernement qui s'est prétendu à gauche ... tout comme Mitterrand, récipiendaire de la Francisque et qui n'eut jamais de fidélité que pour l’extrême droite, mais qui a su si bien réussir en politique en se prétendant de gauche. Où aurait-il jamais été de gauche cet homme qui a fait guillotiner les rebelles algériens qu'il aurait du défendre au nom des valeurs humanistes de la gauche ? 

Comme François Hollande. Où lui et son gouvernement ont-ils jamais été socialistes ? Il faut faire attention aux amalgames. Je me définis socialiste, je ne me suis jamais senti représenté par Hollande, ni par personne d'ailleurs, même pas Hamon ni Mélenchon, dont les actes sont souvent en contradiction avec les paroles qu'ils nous servent... Au final c'était peut-être Arlette la seule qui a été sincère et résolument de gauche...

verson, 

Vous ? Pour la virulente Arlette ?  Développez-nous ça, tant on ne peut y croire à l'aune de pas mal de vos posts fortement ambivalents. 

Mais chacun sait que la nature "humaine"  (à "gauche")  est fluctuante... Ne parlons pas des droites. 

"""Je me définis socialiste""" , même de bon aloi, semble déjà plus plausible.  Mais tout cela est secondaire, n'est-ce pas ? 

 

CDT    cool

 

"Il y avait des hommes et des femmes..." c'est vrai... tous communistes... surtout et principalement... dans la quotidienne durée... avant la tardive et peu couteuse considération opportuniste d'état... comme pour Mandela... avant sa libération... parce que pendant, la "mémoire" sociétale s'était faite plutôt discrète, voire sélective, et... que c'est surtout après... que tout le monde médiatique applaudît... unanimement.

 

Je suis contre la torture Je désire rappeler que la guerre d'Algérie a été faite par le contingent. Le service militaire obligatoire, tous les jeunes français de 19,5 ans allaient en Algérie faire la guerre et ce pendant 32 mois. Je considère qu'aider le FLN, l'ennemi, est un crime.

Il est frappant, ce reliquat simplet résiduel de la doctrine coloniale. Le FLN combattait pour la libération de sa patrie.

 

Il y a vraiment des indécrottables... "Je considère qu'aider le FLN, l'ennemi, est un crime." et aider l'OAS était une oeuvre caritative sans doute... sans parler du De Gaulle... d'avant... un général félon aux yeux des socialistes qui votèrent les pleins pouvoirs à Pétain... Misère !...

 

Il y a une question pratiquement ''métaphysique'', qu'il convient de tenter de résoudre, aujourd'hui. G. Védel, illustre prof de Droit, se l'était posée, en 1960 : ''Le gouvernement'' était- il à la botte de l'Armée, ou l'Armée n'exécutait que les ordres reçus ? Qui veut répondre ?

 

Et quelle fut la réponse de l'effectivement illustrissime Georges Vedel ? 

tongue-out

J'ai vu avec retard votre question. Il s'interrogeait pour dénoncer justement cette confusion. Mais l'interrogation posée par un prof de Droit de sa stature avait été reprise largement par la presse, et avait inévitablement ''sensibilisé'' le public de métropole. M. Duverger, autre illustrissime, avait été un moment plus réservé,  au motif qu''après tout un million de Français résidait en Algérie''. Au même moment une pétition signée par une centaine d'universitaires, dont un Drieu la Rochelle... et les frères Mazeaud, appelait à la répression ''contre la poignée de fanatiques''.

gonon, 

Merci. Ceci étant,  Vedel  et  Duverger, effectivement illustrissimes dans le milieu, avaient-ils franchement pris la "bonne" position ?  C'était, à l'époque, sûrement trop leur demander ! Mais cela a sans doute eu son impact... 

CDT. 

*****

******

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale