Quistrebert, les frères lumière

Par

Passé et contemporain, occultisme et géométrie, prestige et précaire, tournoiement jusqu'à la transe, choc des couleurs : l'œuvre des frères Quistrebert fait l'effet d'un passage souterrain psychédélique aux échappatoires inconnues. Mediapart avait rencontré en 2012 les « frères de l'ombre » aujourd'hui nominés au prix Marcel Duchamp remis le 25 octobre pendant la Fiac.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois écrans superposés au sol nous plongent dans le vide par un jeu d'effet d'optique géométrique. Consigne : fixer ces écrans plusieurs secondes avant d'affronter les deux toiles monochromes argentées fixées aux murs. Soudain, les peintures très épaisses des frères Quistrebert sont alors vivantes, mouvantes, indomptables, et libèrent la lumière qui se joue des reflets et des ombres. Mediapart avait rencontré en 2012 ces deux artistes aujourd'hui nominés au prix Marcel Duchamp (voir œuvre ci-dessous), remis ce samedi 25 octobre durant la Fiac. Verdict : c'est finalement Julien Prévieux (lire ici dans Mediapart) qui a remporté le prix et une exposition au Centre Pompidou l'année prochaine, face à Théo Mercier et Evariste Richer qui étaient aussi en compétition. Mais comme l'art se passe de prix, retour sur cette rencontre décalée avec deux chamans envoûtants mais pas bavards, et qui viennent d'intégrer dans leurs médiums la pâte à modeler.