«Déplorer, maudire, ne pas comprendre» les attentats

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Paris n’est pas Homs, et je crains fort que persister à boire un apéritif en terrasse ne transforme aucun de nous en Jean Moulin, écrit Jérôme Ferrari. (…) Avant d’entendre à la radio une ministre que je me refuse à accabler, j’ignorais, par exemple, que les stades de foot étaient des temples de la "fraternité", sur lesquels déferlent régulièrement, comme chacun sait, des tsunamis d’amour. »