Les «gilets jaunes», miroir des évolutions de la démocratie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les « gilets jaunes » sont-ils en train de redorer le blason d’une couleur dont la tonalité politique est traditionnellement associée aux syndicats maisons suscités par les patrons pour briser les grèves ou freiner les revendications ? Ou bien sont-ils les dignes héritiers, dans la méfiance fiscale et étatique affichée par plusieurs d’entre eux, d’une coloration politique traditionnellement associée au libéralisme, voire au libertarianisme, utilisée par exemple par le parti libéral-démocrate en Allemagne ou les libéraux-démocrates au Royaume-Uni ?