Delépine et Kervern, héros du « Grand Soir »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Albert Dupontel qui, au milieu d'un champ, provoque un arbuste puis l'empoigne furieusement jusqu'à ce que tous deux roulent à terre. Le même qui implore en vain son patron de le réengager puis, le mettant en joue de son doigt nu, lance « Danse, pied tendre ! » avant de défourrailler en tous sens et de bruiter lui-même le règlement de comptes. Benoît Poelvoorde, treillis et crête iroquoise lissée à la bière 8.6, qui danse le pogo devant la vitre d'un restaurant : lui ne voit que son reflet, mais lorsque la caméra passe à l'intérieur, le spectateur découvre une table de convives assistant, hagards, au spectacle.