David Foster Wallace, terreurs diurnes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Considérez le monde, cette foule dont nous faisons partie. Les données de cette fin de millénaire indiquent clairement que, tandis que l’amour, la dévotion, la passion ne semblent que diviser, c’est la peur, le spectre de l’étranger [fear and strangeness] qui à présent lient les foules, remplissent les salles, Nous unissent, sous le grand barnum. »