Restitution du patrimoine: «Il s’agit de rendre au continent africain une partie de son histoire»

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

cleo, 

""" si nous Européens voyons dans beaucoup d'objets africains des "objets d'art", ceux-ci ont bien souvent une portée rituelle et symbolique qui va bien au-delà du cadre  "objet d'art" et en fait des objets sacrés que l'on a arrachés à leur contexte """

Ok.  Mais c'est valable pour une bonne part de toutes les statuaires, fresques, icônes, objets, etc... 

Même, par exemple, grecs !

Et tout ce qui appartient à l’egypte. Ne pas oublier non plus le pillage en Irak 

Qu’il commence pas rendre l’obelisque de la place de la concorde, et toute la collection égyptienne volé par le Louvre.

Sans oublier la collection du musée de Bagdad!

 

Vous n'avez pas lu l'article visiblement. Il est important de faire la distinction entre les objets volé et ceux acquis légalement. Si vous vous renseignez, la majorité des collections égyptiennes ne sont pas des vols. L'obélisque de la Concorde, par exemple, est un cadeau du vice roi d’Égypte Méhémet Ali en 1830. (pour l'anecdocte les 2 obélisques ont été offert à la France, un seul a été ramené, et Mitterrand a "rendu" le second obélisque à l’Égypte) 

"L'on n'ose penser à ce que deviendront les œuvres si elles devaient être remises aux états dont le patrimoine est le cadet des soucis quant on voit comme ils traitent avec les entreprises capitalistes leurs ressources naturelles."

Les États comme le nôtre, par exemple ? Et puis désolée, mais ce n'est pas à nous d'en décider. Si les oeuvres leur appartiennent et qu'ils en font la demande, il faut les rendre. Aux populations de ces pays (et à nous pour le nôtre) d'exiger un un autre traitement des ressources naturelles.

L'on sait très bien qu'un grand nombre d'état africain n'ont d'africain que le nom et leur réalité étant plutôt que leurs dirigeants n'ont rien à voir avec les peuples. L'on pense à la Francafrique.Les œuvres d'art devraient être propriété universelle, propriété universelle car elles sont aussi menacées par la Phynance, la culture ne se suffisant pas à elle-même elle doit être mise en scène de la façon la plus vulgaire possible pour attirer le touriste qui ainsi paie ce qui jadis était financé par les états. Ces oeuvres vouées à la privatisation comme les musées sont aussi en danger dans les pays occidentaux que si elles étaient remises à des états en faillites. Il n'y a qu'a voir comme occidentaux et africains s'entendent pour exploiter les ressources qui sont africaines mais que seuls les occidentaux ont les moyens de mettre sur le marché....Comme les oeuvres d'art d'ailleurs...Il me semble que l'UNESCO devrait s'occuper de cette affaire qui l'a concerne plus que les états à condition aussi que cet organisme soit la présentation autogérée d'artistes et de savants....Je peux rêver...

"Restitution du patrimoine: «Il s’agit de rendre au continent africain une partie de son histoire»

De même que pour donner un destin digne de l’humain, les anciens empires coloniaux devraient restituer une partie de richesses « ramasses » dans les anciennes colonies.

Aider au vrai développement sur place serait une solution aux « flots migratoires » et l’afflux des réfugiés occasionnés par les guerres au bénéfice des producteurs d’armes.(Les anciennes puissances coloniales).

 

Le sens « aide » donc je parle est sous forme positive, mettre en œuvre des programmes des développements d’infrastructures, d’apport de savoir faire en matière d’énergies (propres), etc

Le sens de l’aide donc je parle est donnant-donnat, en pied d’égalité.

La corruption des certaines élites sont une réalité, alors il faut passer par-dessous, donner aux gens les moyens de construire « leurs » avenir.

Il existe une restitution post-coloniale réussie entre le Danemark et l'Islande.

Les danois pensaient que les Islandais ne sauraient pas bien les conserver, les étudier.....

Cela ne vous rappelle rien?

 

Merci pour votre sens du réel! Mediapart m'inquiète parfois.

Se donner bonne conscience en traitant du passé et en versant des larmes de crocodile en culpabilisant est une manière comme une autre de ne rien changer au présent pour continuer l'exploitation éhontée à l'avenir.

 

L'ampleur du pillage occidental est telle que ces "restitutions", loin d'être exhaustives, sont autant de manières de réécrire l'Histoire, spécialement celle, définitivement honteuse, de la colonisation. On ne "restitue" rien, on se débarrasse... des preuves.

La vénus Hottentote est l'exemple de la preuve... de la preuve... Le broyage du "Musée de l'Homme" au profit de la sublimation des cultures pillées, au Quai Branly *, démontre l'intention tout autant que le musée de l'immigration.

La France s'arrange avec sa honte et la "vieille" droite aussi... dans la bouche du jeune Macron et de sa "reconnaissance", en forme d’enterrement, de "crimes contre l'humanité"... sans plus de travail mémoriel.

Quand, comme à Nice, on inscrit dans le marbre un "hommage aux Français d'Afrique du Nord de toutes confessions" en "oubliant" le FLN... la juste cause de son combat et la férocité de l'occupant, nous, fait-on autre chose que réécrire l'Histoire ?

* Mise à part la très "parlante" mais bien trop temporaire exposition "Exhibitions - L'invention du sauvage" (2011/2012) dont on ne peut que se demander pourquoi elle n'est pas intégrée au musée de manière... permanente.

 

branly

  • Nouveau
  • 23/11/2018 05:37
  • Par

Je pense qu’il n’y a pas à revenir sur l’histoire et qu’on ne peut gommer le passé. Ce qui a été fait a été fait. Bref, s’agissant de cette question de la restitution d’œuvres d’art, mieux vaut passer à autre chose. Pourquoi d’ailleurs devrait-elle être limitée à l’Afrique ? Vraiment c’est un problème soulevé inutilement. Inutile aussi de créer ce genre de polémique secondaire. Quant aux Africains et Africaines ils sont plus soucieux d’assurer leur vie quotidienne et de savoir comment se nourrir eux et leurs familles avec un revenu de quelques euros par jour que du sort de ces statuettes. 

Le passé criminel aussi ? La monnaie de la pièce, vous ne la voyez pas venir ? Toujours aussi aveugles...

 

Vous méritez largement un... gilet jaune...

 

ça fait parti du reste, une espérance d'être, une identité qu'on leur a enlevé.

Il y a  près de chez moi un musée d'art populaire gratuit.

 

Mais non il sont juste un peu moins brute et  ne  désespèrent pas de  nous voir  évoluer vers cette  impossible perfection que systématiquement nous sous-entendons dans cette définition  galvaudée qu'est le mot humain.    "On est des singes évolués finalement"  Extrait Brèves de Comptoir Tome 5    et  d'autres conclusions érudites et vérifiées.   Une autre pour remettre en question nos millénaires certitudes: "'Il faut être intelligent pour reconnaître son image dans le miroir, les animaux ne reconnaissent pas leur image". Réponse ""Quand je sors de chez le coiffeur, au début, je ne me reconnais pas". 

On dirait la France des technocrates portée par ceux de la vraie vie !

Deuxième oeuvre totalement naïve d'Hergé (ça a été dessiné quand même en 1930 et c'est en fin de compte une excellente illustration des idées reçues de l'époque) qui s'est bien rendu compte de sa stupidité par la suite puisqu'il a complètement rectifié le tir avec le Lotus Bleu, une oeuvre nettement plus anti-colonialiste.

 

Bel "rectification de tir" effectivement avec "Tintin en Amérique" et "Tintin aux pays des Soviets"... Faut assumer le "politiquement correct"... de l'époque...

Cela dit la polémique visant à interdire "Tintin au Congo" est d'une incommensurable stupidité imputable au "politiquement correct" d'aujourd'hui...

Comme le musée de l'Homme par rapport au musée du Quai Branly... il est toujours plus difficile de gommer la honte... quand il y a des traces... matérielles... alors... restituons... pour oublier... et se faire oublier...

 

  • Nouveau
  • 23/11/2018 07:56
  • Par
N est pas abordé ds votre sujet le fait que ce rapport prévoit de permettre aux musées la vente d œuvres afin de renflouer les caisses. C est tout de même pas neutre de ne pas aborder ce point !

Aussi bizarre que cela puisse paraître et en l'état actuelle des choses  les oeuvres d'art ne sont pas la propriété de quelques nations que ce soit mais la propriété de l'humanité. Il serait souhaitable que ces œuvres échappent aux convoitises des états soumis à la phynance - si c'est possible - et soient autogérées et réparties  par une organisation internationale où les savants et artistes  auraient la prépondérance. L'UNESCO dont l'existence elle-même est remise en  cause par la Rome  contemporaine peut-être .?...

parce que les égyptiens n'ont jamais fait ce cadeau à la France

rendons l'obélisque de la Concorde à l' Egypte si elle en fait la demande...

Oeuvre aussi impie que les bouddahs de Bahmiane... 

@ Alain Betend

Pourquoi pas ? c’est la même logique qu'il faut appliquer, celle que les « experts » ont préconisée pour les œuvres d’art africain. Restituons tout, vidons nos musées, nos villes, par ex. rendons la victoire de Samothrace et la Vénus de Milo à la Grèce, etc. 

Restituons.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

En visitant le musée de Conakry il y a une trentaine d'années, je regardais avec intérêt une belle statuette Baga. Le gardien me voyant tourner autour vint vers moi et me dit : " elle t'intéresse la statue patron , tu la veux ?  Combien tu me donnes ? ... 

Si vous vous promenez à Paris, Rue Bonaparte par exemple, là où les belles galeries d'art africain  se trouvent, vous pouvez aussi être abordé par des africains qui viennent vendre quelques pièces, authentiques ou non. Je parle d'art, puisque c'est nous, les occidentaux, qui l'avons ainsi défini à une certaine période, pour de multiples raisons.

Je doute que les choses aient changé depuis mon séjour guinéen, avec les pouvoirs en place en Afrique subsaharienne, dictateurs locaux et administrations corrompues jusqu'à la moelle,  que la France soutient bec et ongle.  Il fut un temps où, lorsque parfois, une pièce disparaissait dans musée africain elle était remplacée par une pâle copie qui faisait illusion et qui satisfaisait tout le monde...  

Gardons pour l'instant les belles œuvres au Musée du Quai Branly. On verra plus tard.

J'espère que la statue Baga du musée de Conakry s'y trouve toujours...

A remarquer : La ''légalisation'' du droit de voler...autrement dit, la civilisation de la rapine... A y penser à chaque visite de Musée. A propos, pourquoi ne pas accorder la gratuité aux ressortissants des pays volés.

  • Nouveau
  • 25/11/2018 19:37
  • Par

"L'art" africain est principalement en bois et textile. Aussi y en a t-il très peu de traces anciennes, l'Afrique en question étant principalement tropicale. Cet "art", c'est bien sùr les objets "sacrés" servant aux cérémonies diverses, souvent enterrés entre deux périodes d'utilisation. Mais aussi des objets du quotidien: repose têtes, récipients de tous ordres,armes etc..  Seules ont perduré les têtes Nok en terre cuites ou les pièces du Bénin en métal. Les guerres tribales ont complété le travail de destruction du climat humide. Contrairement aux pièces égyptiennes conservées par le climat désertique, ou aux pièces sud-américaines en pierre, on ne connait pratiquement aucunes pièces antérieures au XIX ème siècle.

Les colons en ramenant ces pièces en Europe, volées, achetées ou offertes, et en faisant un "art" commercialisé de ces objets du quotidien, les ont sauvées. On peut même dire qu'ils ont sauvé la mémoire de l'Afrique tropicale. Car évidemment l'usage de ces objets a quasiment disparu et donc leur fabrication aussi. Sauf, celle artisanale à l'usage de la commercialisation aux amateurs, collectionneurs éclairés, ou touristes de passage à la recherche d'exotisme.

Les sculpteurs traditionnels africains étaient le plus souvent des professionnels qui travaillaient "sur commande". Comme aujourd'hui. La clientèle a changé, c'est la seule différence. C'est pourquoi la question du faux ou de l'authenticité n'a pas grand sens. Les puristes, par une sorte de snobisme, ne s'intéressent évidement qu'aux objets qui ont réellement servi au rite,et pas à la seule commercialisation sans usage pratique.

Mais, si l'on doit les considérer comme objets d'art, cela ne change rien à la plus ou moins grande qualité plastique des pièces. Seule compte le savoir-faire de l'artiste. Si l'on peut comparer avec l'art religieux de la Renaissance, une vierge de Michel-Ange par exemple est elle moins belle si elle a orné une église, ou seulement le château d'un noble ?

Il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites mais je ne comprends pas en quoi Une vierge de Michel Ange serait moins belle si elle a orné une église.....Moins belle que quoi ?...

Il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites mais je ne comprends pas en quoi Une vierge de Michel Ange serait moins belle si elle a orné une église.....Moins belle que quoi ?...

C'est bien ce que je dis....  La qualité de l'oeuvre ne dépend pas de son usage contrairement à ce que professent beaucoup de collectionneurs...

Il y a néanmoins une difficulté quand notre oeil européen voit une oeuvre d'art à collectionner, là où les artistes d'origines fabriquaient un objet usuel, parfois à détruire après usage, et qui a miraculeusement survécu. Mais c'est la même démarche qui a fait de certains objets du désign indutriel des sujets de collection.

  • Nouveau
  • 26/11/2018 12:23
  • Par

L'idée est bonne : rendre à César ce qui appartient à César, mais le diable est dans les détails.

Qui en Afrique va s'occuper d'orchestrer tout ceci ?

Qui va récupérer le magot pour soit le spolier, soit le revendre, à des Chinois, Américains ou Européens ? 

Il y aura certes quelques grandes âmes Africaines pour bien faire le boulot: remettre des objets dans des musées ... Avec quels moyens ? Avec quelle pérennité ?

Ces chefs d'oeuvres exposés au Quai Branly, qui doivent leurs lettres de noblesse au regard porté sur eux par des artistes et des conservateurs venus d'ailleurs, retourneront dans l'oubli à coup sûr... 

Qui y aura gagné ? Comme toujours : les intermédiaires...

C'et vrai ! Des scrupules au secours de la rapine...

Tout de même des questions se posent, d'un agenda politique sans débat sur le colonial et ses effets, en ces temps de renforcement du contrôle migratoire, sur la valeur comparée des sujets et de leurs objets : https://blogs.mediapart.fr/dailleurs/blog/281118/restitution-est-migration-de-la-valeur-des-objets-et-des-sujets

  • Nouveau
  • 30/11/2018 20:59
  • Par

Les oeuvres d'art, sculptures, tableaux, les objets sacrés doivent être rendus.

Mais pas de raison de s'arrêter en chemin. TOUT ce qui a été volé de mémoire d'homme doit être rendu à ses légitimes propriétaires.

C'est vrai qu'Edouard III, petit-fils de Philippe Le Bel était fondé à réclamer la couronne de France, alors rendons la France à l'Angleterre.

C'est vrai que Manhattan a été acheté aux Algonquins pour 24 dollars, alors rendons New York au Indiens.

C'est vrai que les Indiens ont été spoliés de leurs terres alors laissons les Indiens sortir de leurs réserves et rendons leur les Etats-Unis.

C'est vrai que les Indigènes d'Afrique du sud ont été privés de leurs terres alors rendons leur l'Afrique du sud.

C'est vrai que les Palestiniens ont été chassés de Palestine, alors... Oups! Pardon!!

 

Dossier passionnant. 

"Quand j’ai pris ma fonction de directrice, en 2015, cette demande était sur la table et il a fallu batailler pour la faire, et la faire dans des conditions respectueuses.

L’important n’est, en effet, pas seulement le fait de restituer. C’est important de savoir comment on fait pour restituer. On ne va pas se contenter d’envoyer par la poste, mais est-ce qu’on fait une cérémonie ou un rituel ?"

Je n'ai qu'une interrogation. Les restitutions "au caprice des occidentaux" ne risquent-elles pas d'entretenir et de régénérer toutes les pires figures du néo-colonialisme ? Une forme "uberisée-décentralisée" du néo-colonialisme par la "politique culturelle" ? Qui jugera de la Dignité de l'accueil aux oeuvres ? 

De toute les façons, ainsi que le dit Madame Snoep, qui connait parfaitement la France, on en est au stade des "effets d'annonce" : La France "fait mine" de se conformer aux traités européens et internationaux, d'en être à l'avant-garde même (pourquoi pas !), de claironner (particulièrement avec le président adolescent que l'on connait), tandis que la réponse à l'interrogation ci-dessus est déjà une certitude positive.

 

PS: Pourquoi pas "un déplacement" du quai Branly (Déconstruction, translation par mega barge, la Seine, L'Atlantique, le fleuve Sénégal...les chinois savent faire: il nous faut les imiter !) dans une nouvelle métropole de l'"Afrique de l'Ouest", conçue et réalisée par des Africains de l'Ouest, offrant l'hospitalité aux blancs du Quai Branly, et aux oeuvres mondiales qu'ils ont rassemblé, dans une frénésie encore inexplicable de nature magique ? C'est à cette échelle là, a minima, que le mot "restitution" peut avoir un sens. En deçà on est dans l'"agitation" certes peut-être féconde à long terme, on est en gestation souvent vaine et stérile.

NB: Pourquoi pas des caravanes et des cargos de la restitution - partout où l'itinéraire simplifié est reconstituable - avec les mêmes moyens de locomotion, de port et transport, le cas échéant "reconstitués" - qu'au chemin inverse, en direction des "Lieux d'origine" (concept à définir analytiquement), au plus près de son "apparition-transmission" dans un contexte. La Restitution devient ainsi reconstruction archéologique de ces contextes productifs et de ces réseaux de circulation, restitution de mémoires et de sous-bassements d'univers de sens, restitution de complexité intelligible.

Comment peut-on parler de « spoliation » pour certains et de « butin de guerre », « héritage colonial » ou « acquisition ethnographique » pour d’autres ?

Quelle belle hypocrisie ?

Ça ne cessera donc jamais ce « deux poids deux mesures ? »

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous