«Zone» de Mathias Enard : voyage ferroviaire en une seule phrase

Par
Pour son troisième roman à paraître fin août, Mathias Enard n'a écrit qu'une seule phrase de plus de cinq cent pages : Zone, un des textes les plus ambitieux de la rentrée, est l'extraordinaire épopée ferroviaire d'un espion familier des rivages de la Méditerranée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Membre actif du collectif Inculte, Mathias Enard, s'est installé depuis près de dix ans à Barcelone où il enseigne et contribue à différentes revues espagnoles. Cet homme, né en 1972, a étudié le persan comme l'arabe et habité à Téhéran, en Egypte, à Beyrouth, à Damas, à Tunis et à Venise, sans oublier Rome où il fut pensionnaire de la Villa Medicis. Il a précédemment publié deux romans aux éditions Actes Sud : La Précision du tir et En remontant l'Orénoque.