Lucien Smith, guetteur du présent

Par

Ballet de balais, polaroïds encartés, collage de journaux, le plasticien Lucien Smith, 24 ans, utilise tous les outils du présent comme fragments de notre futur passé. Un hommage à New York dont la misère des rues a enfanté le hip-hop et la tolérance zéro. Premier volet d'une série de reportages vidéo sur les artistes et NYC.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le New York d'aujourd'hui ne sera déjà plus demain. Celui d'hier est de l'histoire ancienne. « La forme d'une ville change plus vite, hélas ! que le cœur d'un mortel », a écrit Baudelaire. Artiste contemporain de la génération Instagram qui voit le présent avec un filtre teinté vintage partagé sur les réseaux sociaux, le plasticien Lucien Smith marque un temps mort avec son exposition new-yorkaise A Clean Sweep (“Un grand ménage”), hommage à la ville dont la misère des rues a enfanté le hip-hop et la tolérance zéro. Avec ses installations et photographies, LS fixe le présent, fragment de notre futur passé. Entretien vidéo en VO.