«L'Invention de Paris» mise en beauté

Par

« Il n’y a pas de pas perdus », dit le sous-titre. Et rien n’est perdu dans ce très beau livre qui est d’abord la réédition illustrée du très bon livre d'Eric Hazan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S’il fallait choisir une image, dans L’Invention de Paris d’Éric Hazan, ce pourrait être celle-ci : « Travaux devant l’Opéra en construction », cliché anonyme. L’essentiel du bâtiment semble achevé, en fond, des tonnes de pierres et pavés attendent près des carrioles à chevaux, une brouette est renversée, le Paris haussmannien en cours d’édification. Les ombres sont courtes, les ouvriers, au fond, en chemise ; on devine une chaude journée. Et, au milieu, une silhouette en ombre, transparente. Superposée. Sans doute un temps de pose trop court pour Cliché anonyme, l’homme qui ce jour-là, mains dans les poches, contemplait à la fois le Paris muséifié que nous connaissons, le désordre du changement, en ayant le souvenir de ce qui fut.