Rimbaud et les «Illuminations», déni de paternité

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Yalla Seddiki est voué aux figures extrêmes, à celles qui ont partie liée avec le mythe. Après avoir édité l’œuvre du poète et chanteur culte Lounès Matoub (La Découverte, 2003), et alors que paraît ces jours-ci chez Non Lieu son essai sur Guy Debord « automythographe », c’est vers Arthur Rimbaud que l’écrivain et intellectuel se tourne dans un ouvrage rigoureux publié au printemps dernier, également par les éditions Non Lieu. Il s’y attelle à déconstruire la théorie attribuant les Illuminations au poète Germain Nouveau, qui fut l’ami et sans doute l’amant de Rimbaud.