45 poèmes pour dire les «moments abîmes» du Rwanda

Par Jean-Yves Potel (En Attendant Nadeau)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En fait, en ces semaines du vingt-cinquième anniversaire, je m’accroche à ces vers, si forts, si déstabilisants ; j’ai même décidé de ne rien lire d’autre. Des correspondants sur Facebook m’envoient des signes de Kigali, des images comme cette foule de jeunes gens dans un stade, des bougies à la main, chantant dans la nuit, communiquant avec les morts. Une amie raconte : le 7 avril, 10 000 personnes à la veillée du « Kwibuka 25 », au grand stade, « une foule de très jeunes, vertigineuse, et beaucoup de bougies allumées. Tumulte d’émois à la fin d’un long jour commémoratif ».