Culture et idées

Dubravka Ugresic s’affirme comme la voix majeure de la littérature ex-Yougoslave

Suite de notre série sur la rentrée littéraire. Après le Musée des redditions sans concessions, Dubravska Ugresic poursuit, non sans ironie, sa réflexion littéraire sur l'exil. Le ministère de la douleur - du nom d'un club SM d'Amsterdam - pose crûment la question d'une vie quotidienne hantée par la violence héritée d'un conflit. Un extrait à lire avant la sortie du roman, le 21 août.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Illustration 1
© 

Professeur de littérature, Dubravska Ugresic fut contrainte de quitter sa ville natale en 1993 en compagnie d'autres intellectuelles croates, toutes qualifiées de «sorcières de Zagreb». Vivant entre Berlin, New York et surtout Amsterdam, elle poursuit l'œuvre littéraire de premier plan qu'elle avait entamée avant l'exil. Bien que deux de ses livres furent publiés ici auparavant, c'est surtout avec Le Musée des redditions sans conditions qu'on l'a découverte en France. L'ouvrage paru en 1996 en version originale est sans doute le premier grand livre issu de la guerre en ex-Yougoslavie. Dans ce roman qui faisait davantage penser au travail des plasticiens Christian Boltanski ou Ilya Kabakov qu'à n'importe quoi de connu en littérature, Ugresic proposait une autre manière d'écrire sa vie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA