Darwin et les orchidées

Par

L’urgence de repenser nos relations au monde végétal et animal suppose de délaisser une vision utilitariste des relations entre espèces. Le Ravissement de Darwin, de Carla Hustak et Natasha Myers, part de l’étude des orchidées par le célèbre naturaliste pour faire du chercheur le meilleur antidote au néodarwinisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois ans après la publication de son grand œuvre, L’Origine des espèces, paru en 1859, Charles Darwin publie, après des années d’intenses recherches et ce qu’on pourrait désigner comme une observation participante, un traité intitulé De la fécondation des orchidées par les insectes et des bons résultats du croisement, où il documente en détail les rencontres entre les abeilles et ces fleurs qui fascinaient les naturalistes, notamment pour leur capacité de leurrer les insectes et autres animaux pollinisateurs.