De la «mélancolie postcoloniale» au Brexit

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«En exigeant d’être reconnu comme un Européen noir, j’espère m’inscrire dans une évolution plus large susceptible de nous transporter au-delà de tout type de catégorie racialisée et racialisable. » Ces mots de Paul Gilroy synthétisent l’objectif de son ouvrage Mélancolie postcoloniale, enfin traduit en français par les éditions B42, seize années après la parution en anglais de cette référence des études postcoloniales.