Gabriel Zucman: «Les Etats peuvent reconstruire une fiscalité progressive»

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Une progression sur l'infini... la monnaie étant déconnectée du réel.
Si le capital est imposé à 99% au lieu de 20%, il lui suffirait de se multiplier par 80 son compte en banque. Hop une ligne de commande sur l'ordinateur. Et ça appauvrirait encore plus les autres.
L'impôt doit être radical: Celui qui gagne au moins 2 smics, ou qui a un capital tel, se fait prendre tout de manière à ne pas vivre plus haut que le peuple (sous 2 smics): à mort la bourgeoisie (en tant que classe, pas par "shoa").
Par une démocratie, et non par une république (erreur marxiste), forme politique du capitalisme.

eh bien, je ne pense pas que les français accepteront jamais un tel programme spoliateur, étatiste supercommuniste (100% d impots ?!!) et source d appauvrissement certain du pays a la vitesse grand >V

.

Si on avait demandé aux français, au sortir de la guerre, leur avis sur la création de la Sécurité Sociale, peut-être n'aurait-elle pas existé ?

Il aura fallu la volonté politique d'un ministre communiste, Ambroise Croizat, pour appliquer le programme du Conseil National de la Résistance, contre la volonté du patronat, opportunément mis à mal suite à sa collaboration avec l'occupant nazi.

La France s'est-elle appauvrie par ces dispositions sociales ?

Vous n'avez rien écouté, les 100% d'impots ont été presque fait par votre "état supercommuniste" préféré à savoir les USA... à une époque où la religion ultra-ordo-sado libérale n'avait pas encore voix au chapitre.

Il faudrait vous réveiller hein, on est plus en 1920 où on pouvait encore brandir la "peur du communisme" pour faire passer toutes les absurdités.

Bravo pour l'analyse. Juste un petit erratum:
15 min: Etonnant que soit fait la confusion entre les prélèvements obligatoires et le taux d'imposition pour indiquer "que la puissance publique prélève la moitié des richesses nouvellement crées". Les caisses de retraites privées qui entrent dans ce décompte des prélèvements obligatoires, ne peuvent être assimilées à la puissance publique. Le taux d'imposition Francais (hors prélèvements obligatoires) a été divisé lui aussi par deux depuis 1964: https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/usa-ce-qui-est-vrai-sur-le-niveau-des-impots_1745159.html

..et aussi, 28 min: Concernant l'intérêt de l'assouplissement quantitatif.
Oui très bien d'avoir des taux d'intérêt baux pour la transition énergétique.
Sauf que majoritairement l'agent ne va pas vers la transition énergétique mais vers les bulles spéculatives (actions, immo). A suivre..

Mis sous pression par la montée des extrêmes, notamment du communisme, le capital consentit au Président Roosevelt et son New Deal une imposition de la dernière tranche de revenu à 90 %, pression provoquée par une crise économique et sociale similaire à celle que nous connaissons aujourd'hui. Au bout de quarante ans de néolibéralisme nous y sommes à nouveau. La taxation du capital restera une emplâtre sur une jambe en bois tant que la fin ultime de l'économie se résume au rendement sur capital. 

 

Gabriel Zucman n'est pas le seul à demander une sortie du néolibéralisme, hier Thomas Porcher des économistes atterrés sur France culture  présentait carrément un programme que les partis de gauche pourrait de saisir. L'Europe rendue exsangue par 40 ans de néolibéralisme est en attente de quelque chose de nouveau pour la sortir du marasme actuel!!!

Je trouve que Gabriel Zucman n'a pas eu l'écho qu'il mérite dans MDP.

  • Nouveau
  • 28/02/2020 18:07
  • Par

« Le déficit public ne va jamais permettre de réguler l’économie de marché ». Là, c’est sidérant.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.
  • Nouveau
  • 06/03/2020 08:01
  • Par

Propos très intéressant, merci d'avoir prêté le micro à Gabriel Zucman pour nous parler de 'macro'. Je ne l'ai jamais entendu avant, il ne passe pas beaucoup dans les média ? Ou alors je suis passé à côté.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous