Et soudain, donc, le Parthénon disparaît (ce que confirme dans un sourire l’auteur, présentement chaussé de baskets orange fluo, détail qui a son importance). Un gardien préposé au monument, désemparé, relate l’événement : « Depuis tant de siècles, il se dressait là-haut, et dire qu’à présent Il avait sa place dans le ciel. Et à l’endroit où Il se tenait jusque-là, c’était maintenant l’horizon qui s’ouvrait. »